BFM Business

Le Médiateur de l'énergie doute de la réforme de la tarification

la dette moyenne des personnes en difficultés de paiement est de 2 266 euros, contre 1900 euros en 2011.

la dette moyenne des personnes en difficultés de paiement est de 2 266 euros, contre 1900 euros en 2011. - -

Le Médiateur national de l'énergie dénonce l’augmentation du nombre de foyers rencontrant des difficultés à régler leurs factures d’énergie. La tarification progressive de l’électricité et du gaz, examinée depuis mardi 26 septembre par les députés, n’améliorera pas forcement leur situation.

La facture énergétique est un enjeu à la fois écologique mais aussi social. Le médiateur national de l’énergie met en garde contre l’augmentation du nombre de foyers qui peinent à régler leur facture d’électricité et de gaz. Dans sa dernière lettre d'information, publiée ce mercredi 26 septembre, l'organisme révèle que 18% des saisines adressées au cours des six premiers mois de l'année étaient liées à des difficultés de paiement, contre 15% l'an dernier.

Autre chiffre inquiétant, la dette moyenne des personnes en difficultés de paiement est passée à 2 266 euros au cours du semestre, contre 1 900 euros en 2011, soit un bond d'environ 20%.

Cette augmentation de la précarité énergétique s'explique par la crise économique qui touche de plus en plus de foyers et la flambée des prix de l'énergie, explique le Médiateur.

Inciter les consommateurs à la sobriété

Pour lutter contre ce phénomène, la majorité veut étendre les tarifs sociaux de l'énergie de quelque 650.000 foyers bénéficiaires actuellement, à 4 millions de ménages, dans le cadre de la loi sur le "bonus-malus" ou "tarif progressif" de l'électricité et du gaz, dont les premières discussions au Parlement ont eu lieu mardi 25 septembre

"L’idée du bonus-malus, c’est d’inciter les consommateurs à la sobriété énergétique, pour neutraliser la hausse des factures, sans porter préjudice à la consommation de base indispensable", explique François Brottes, président PS de la Commission des Affaires économiques de l'Assemblée Nationale et premier signataire de la proposition de loi.

Des bénéfices à évaluer sur le long terme

Pourtant les retours d’expériences des pays ayant déjà appliqué ce système de tarification sur l’électricité sont loin d’être aussi concluants. Le Médiateur de l’énergie cite notamment l’exemple de la Californie, où un habitant consomme 30 % de moins que ses compatriotes " même si l’instauration de la tarification progressive n’est sans doute pas la seule explication"précise l’organisme. Plus gênant, il souligne que "les bénéfices sociaux du dispositif sont en revanche plus mitigés, car malgré des tarifs adaptés aux ménages à faibles revenus, l’instauration de cette mesure a eu un effet globalement neutre sur leur facture".

Dans d’autres pays, comme l’Allemagne et la Belgique, leur projet a été suspendu au vu de la complexité de mise en œuvre et de la crainte de pénaliser les consommateurs les plus fragiles.

En tout cas, il est clair pour le Médiateur qu'il faudra du temps, à la fois pour instaurer cette profonde modification de la tarification et pour en mesurer les bénéfices.

Coralie Cathelinais et AFP