BFM Business

La recette de l'État pour inciter les copropriétés à être plus écologiques

Afin de financer la rénovation énergétique des copropriétés françaises, l'État à mis en place un éco-prêt à taux zéro. (image d'illustration)

Afin de financer la rénovation énergétique des copropriétés françaises, l'État à mis en place un éco-prêt à taux zéro. (image d'illustration) - Cjp34 - Wikimédia Commons - CC

Afin d'aider les copropriétés à financer des travaux de rénovation énergétique, l'État vient de lancer un "éco-prêt à taux zéro".

La ministre de l'Environnement, Ségolène Royal et le secrétaire d'État au Budget, Christian Eckert ont annoncé samedi 17 décembre en Lorraine la signature du premier éco-prêt à taux zéro dédié aux copropriétés afin de leur permettre de financer des travaux d'économies d'énergie. 

Ces prêts, dont les intérêts son pris en charge par l'État, doivent aider à financer des travaux d'économies d'énergie sur les parties communes des copropriétés ou des travaux "d'intérêt collectif" sur les parties privatives. 

Dans la première copropriété concernée, située à Longuyon (Meurthe-et-Moselle), cet éco-prêt doit permettre de financer 4 millions d'euros de travaux d'amélioration de l'isolation thermique des toitures et des façades. 

La France compte 700.000 copropriétés 

La rénovation énergétique des copropriétés constitue un enjeu important pour permettre au gouvernement d'atteindre ses objectifs de lutte contre le réchauffement climatique. La France compte près de 700.000 copropriétés, représentant plus de 7 millions de propriétaires. 

"Les gisements d'économie d'énergie sont très importants du fait de l'ancienneté du parc. Plus de 3/4 des copropriétés ont été construites avant 1949" indique Ségolène Royal dans un communiqué. 

Pour les aider à passer à l'acte, outre les "éco-prêts copropriétés", la loi sur la transition énergétique (dite "Loi Royal") prévoit qu'à partir du 1er janvier 2017 les travaux d'amélioration de l'efficacité énergétique se décideront à la majorité simple en assemblée générale de copropriétaires afin de limiter les risques de blocage. 

Lors de leur visite en Lorraine, les ministres ont également rappelé que serait lancé début 2017 un programme de 75 millions d'euros pour aider les personnes en situation de "précarité énergétique" à se doter de solutions de chauffage plus propres. Ce plan, annoncé la semaine dernière, fait partie d'une série de mesures anti-pollution. 

A.M. avec AFP