BFM Business

La France émettra dès 2017 ses premiers "green bonds"

Mesure promise lors de la 4e conférence environnementale, l'émission d'obligations vertes sera effective dès 2017. (image d'illustration)

Mesure promise lors de la 4e conférence environnementale, l'émission d'obligations vertes sera effective dès 2017. (image d'illustration) - Solar Trade Association - Flickr - CC

Sous réserve des conditions de marché nécessaires, l’État proposera ses premières obligations vertes à compter du premier trimestre 2017.

La France s’apprête à devenir le premier pays au monde émetteur de "green bonds". À l’occasion de la quatrième conférence environnementale de son quinquennat, François Hollande avait promis en avril dernier que l’État allait "demander aux banques publiques, comme la Banque publique d’investissement, de lancer des obligations vertes dédiées à des projets environnementaux."

En pratique, ces "green bonds" sont des titres de dette qui servent à financer des projets à vocation environnementale. Ceux émis par la France serviront à financer "les investissements verts du 3e programme d’investissements d’avenir", supervisé par Louis Schweitzer. Les ministères de l’Économie et de l’Écologie indiquent qu’au total ce sont "plusieurs milliards d’euros" qui devraient être levés via ce mécanisme.

Selon une source citée par l’AFP, l'État chercherait à lever 9 milliards d'euros dès l'année 2017, "trois fois 3 milliards d'euros par an." Soit 9 milliards d'euros dès l'année 2017. À titre de comparaison, en 2015, ce mécanisme a permis de récolter à travers le monde quelque 42 milliards de dollars (37 milliards d'euros). Toutefois, les modalités techniques du dispositif français, notamment le coût de cette émission d’obligations, sont toujours en discussions dans le cadre du projet de loi de finances 2017.

Faire de Paris "l’une des places financières de référence"

L'opération menée par la France va permettre, selon Michel Sapin, "d’accélérer" le développement du marché des obligations vertes, jusqu’à présent largement dominé par les entreprises et banques privées. Le ministre de l’Économie et des Finances entend donc "faire de Paris l’une des places financières de référence dans le soutien à la transition énergétique." 

Désormais à la tête de l'ONG WWF France, l'ex-ministre Pascal Canfin voit en l'émission prochaine d'obligations vertes "un signe de plus du leadership de la France en matière de finance verte." 

Via cette première mondiale la France entend également, selon l’AFP, définir "une référence, un standard sur ce qu’est une obligation verte". Une démarche qui rappelle celle initiée en début d'année par l'État lors du lancement du label national visant à certifier les fonds d'investissements qui financent l'économie verte. 

Antonin Moriscot Journaliste BFMTV