BFM Business

L’Europe confirme le gel de 900 millions de tonnes de quotas carbone

Les entreprises européennes doivent équilibrer leurs émissions de CO2 par l'achat de quotas.

Les entreprises européennes doivent équilibrer leurs émissions de CO2 par l'achat de quotas. - -

Le marché carbone est moribond, le prix de la tonne est bien plus bas que ce qu'espérait l'Europe pour son plan climatique. Pour redresser la barre, Bruxelles a voté le gel de 900 millions de tonnes, ce mardi 10 décembre.

L’Europe tente un sauvetage désespéré de sa politique climatique. Les parlementaires européens ont voté le gel de 900 millions de tonnes de quotas de CO2, ce mardi 10 décembre. Cette mesure doit encore être approuvée par les ministres de l’Environnement, qui se réuniront à Bruxelles le 16 décembre prochain.

Le gel de quotas d’émissions de CO2, votée par 305 voix contre 284 contre, doit durer jusqu’en 2020. L’Europe espère ainsi sauver le marché carbone européen. La tonne de CO2 vaut actuellement autour de 5 euros, et Bruxelles veut redresser le prix entre 8 et 12 euros.

Trop de quotas sur le marché?

A l’origine, l’Europe espérait une tonne de carbone à environ 24 euros, pour faire fonctionner le marché des quotas. Ce système devait inciter aux réductions d’émissions de gaz à effet de serres, tout en permettant de financer les investissements dans les énergies renouvelables.

Mais le marché est victime d’un excédent de deux milliards de tonnes, que détiennent les entreprises de l’Union européenne. Cela signifie que ces sociétés peuvent polluer, sans avoir à s’acquitter d’amendes et sans besoin d’acheter des quotas pour équilibrer leurs émissions.

"La mesure de gel va permettre de sauver l’ETS (le système européen d’échange de quotas), ensuite il va falloir le soigner", a reconnu la commissaire européenne au Climat, Connie Hedegaard. A terme, Bruxelles envisage de retirer définitivement une grande quantité de quotas carbone pour redresser son plan climatique, mais les pays sont encore divisés.

A.D. avec AFP