BFM Business

L'astuce de la Californie pour produire plus d'électricité propre

La Californie rend obligatoire l'installation de panneaux solaires sur les toits des maison. (image d'illustration)

La Californie rend obligatoire l'installation de panneaux solaires sur les toits des maison. (image d'illustration) - Tesla

La Californie est devenue le premier État américain à exiger des promoteurs immobiliers la pose de panneaux solaires sur tous les nouveaux bâtiments résidentiels.

La Californie poursuit ses efforts en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre. La Commission californienne de l'Énergie a annoncé que de nouvelles normes de construction, adoptées à l'unanimité par ses cinq membres, entreraient en vigueur dès le 1er janvier 2020.

Parmi ces nouvelles normes, qui ont pour objectif de "réduire de 50% la consommation énergétique dans les nouveaux logements", figure notamment l'obligation d'installer des panneaux solaires sur le toit de tous les logements neufs. Certaines maisons, notamment celles qui sont à l'ombre, seront toutefois exemptées de cette obligation. 

La Californie est depuis des décennies à l'avant-garde du combat écologique aux États-Unis et s'est engagée à produire 50% de son électricité à partir des énergies renouvelables d'ici 2030. 

Les opposants dénonce un renchérissement des coûts de construction 

Avec ces nouvelles mesures, les prêts immobiliers résidentiels (en prenant pour base les prêts à 30 ans) devraient en moyenne augmenter de 40 dollars (30 euros) par mois, mais permettre de faire baisser de 80 dollars (65 euros) mensuels les dépenses de chauffage, climatisation ou éclairage. 

Les opposants à ces mesures affirment qu'elles vont faire grimper les coûts de construction des nouvelles maisons de près de 10.000 dollars dans un État en proie à une grave crise du logement. 

Selon la Commission locale de l'énergie, ces nouvelles règles devraient faire diminuer les émissions de gaz à effet de serre autant que si 115.000 voitures à carburants fossiles étaient retirées de la circulation.

A.M. avec AFP