BFM Business

Global Bioenergies livre de "l'essence renouvelable" à Audi

Global Bioenergies et Audi annoncent la production du premier lot d’essence renouvelable

Global Bioenergies et Audi annoncent la production du premier lot d’essence renouvelable - Global Bioenergies

Produire des gaz sans une goutte d'hydrocarbures mais grâce à des végétaux, c'est le pari de Global Bioenergies. La jeune entreprise annonce donc la première production et livraison "d’essence renouvelable ". Son client : Audi.

La start-up Global Bionenergies a toujours su s'appuyer sur les plus grands pour avancer. C'est en janvier 2014 qu'un partenariat industriel a été signé avec Audi. Dans les faits, les lots d’isobutène, l'une des plus importantes briques de la pétrochimie produites désormais par Global Bioenergies à partir de ressources renouvelables, ont été convertis en isooctane.

Tout s'est passé à l’Institut Fraunhofer sur le site de la raffinerie de Leuna, près de Leipzig en Allemagne. C'est là que Global Bioenergies construit actuellement son démonstrateur industriel. Il pourra produire 100 tonnes d'isobutène par an. "C'est de la vraie essence, vous pouvez l'utiliser sans limite de proportion" expliquait ce lundi matin Marc Delcourt PDG de l'entreprise sur BFM Business. Une grande avancée car à présent l'éthanol était seulement incorporé à hauteur de 10% dans l'essence.

Processus simple et moins coûteux

Le principe développé par Global Bionenergies est simple: il suffit d'utiliser du sucre (mélasses de betterave ou de canne, amidons de maïs ou de blé) et de les faire digérer par des bactéries Escherichia Coli génétiquement modifiées.

Résultat: l'isobutène, molécule essentielle à la fabrication de bon nombre des produits du quotidien. Des carburants comme on le voit avec cette grande première mais des caoutchoucs synthétiques, des verres organiques ou encore des plastiques. Le potentiel est énorme: le marché mondial de l'isobutène dépasse les 20 milliards d'euros.

Depuis 2008, l'équipe de Global Bionernergies y travaille au sein du Genopole d'Evry dans l'Essonne. Sa grande force: avoir considérablement diminué la complexité du processus de fermentation et son coût. Il donne un produit gazeux obtenu à partir de la phase liquide par volatilisation spontanée.

Succès aussi pour d'autres molécules

La start-up a, dans un premier temps embarqué Arkema dans l'aventure. Un pilote a été lancé au cœur de la bioraffinerie de Bazancourt-Pomacle, au Sud de Reims l’un des principaux complexes agro-industriels de France. C'est ainsi que le premier lot d'isobutène a été livré à Arkema en début d'année.

Global Bioenergies franchit avec Audi une nouvelle étape de l'après-pétrole. Pour Reiner Mangold, Directeur du développement durable au sein du groupe automobile allemand s'en réjouit : "La preuve est désormais faite que l’isobutène renouvelable de Global Bioenergies est compatible avec le procédé couramment utilisé pour la transformation de l’isobutène fossile en isooctane. Une étape décisive a ainsi été franchie vers la production du ‘e-benzin’ d’Audi.'"

Le premier lot sera livré officiellement jeudi. Global Bioenergies réplique le même succès au propylène et au butadiène, deux autres molécules qui constituent le cœur de l’industrie pétrochimique. A l'horizon 2016, Global Bioenergies estime que l'on pourra passer à la commercialisation à grande échelle avec la construction d'une première usine.

Nathalie Croisé