BFM Business

Gaz de schiste: Philippe Martin confirme l’annulation des permis

L'exploration de gaz et pétrole de schiste dans le bassin parisien n'aura pas lieu.

L'exploration de gaz et pétrole de schiste dans le bassin parisien n'aura pas lieu. - -

Le ministre de l'Ecologie a confirmé l'annulation de permis d'exploration dans le bassin parisien, ce jeudi 28 novembre. Le groupe américain Hess Oil réclame 30.000 euros par permis annulé.

Le ministre de l’Ecologie campe sur la position du gouvernement. Philippe Martin a annoncé qu’il refusait de signer pour autoriser sept permis de recherche d’hydrocarbures dans le bassin parisien, ce jeudi 28 novembre, dans une interview donnée au Parisien.

Les permis, qui concernent l'exploration de gisements situés dans la Seine-et-Marne, l'Aisne, l'Aube, la Marne, l'Yonne et le Loiret, avaient été attribués en 2010 à la société Toreador pour mener des forages d’exploration de gaz de schiste. Le groupe américain Hess Oil les avait ensuite rachetés en 2011, avant la loi interdisant la fracturation hydraulique.

Le code minier prévoyait donc une mutation de ces permis de Toreador à Hess Oil. Mais le transfert a été bloqué par le ministère de l’Ecologie, face aux risques d’utilisation de fracturation hydraulique.

"Vu les couches géologiques visées par ces forages, cela implique forcément d'avoir recours à la fracturation hydraulique qui est un procédé interdit en France", a déclaré Philippe Martin.

30.000 euros par permis annulés

Face à cette interdiction, Hess Oil a saisi la justice et réclame des indemnités à l’Etat à hauteur de 30.000 euros par permis annulé. Une dépense à laquelle est prête le ministre de l’Ecologie: "dans tous les cas, ce n'est rien à côté du coût environnemental et sociétal qu'aurait impliqué cette exploration de notre sous-sol".

Philippe Martin a précisé que le gouvernement va "tenter d'obtenir lors de l'audience en justice du 6 décembre une remise de ces indemnités".

Le ministre s’oppose vivement à l’exploitation de gaz de schiste. "Ce serait terrible pour l'image de la France à l'étranger. Imaginez les retransmissions du tour de France montrant des milliers de derricks au coeur des paysages magnifiques du Gard, du Gers ou de la Lozère", tempête l’ancien député du Gers.

A.D. avec agences