BFM Business

EPR britannique : Centrica lâche EDF

Echaudé par le prix de l'EPR, dont la centrale de Flamanville est le plus bel exemple, Centrica lâche EDF.

Echaudé par le prix de l'EPR, dont la centrale de Flamanville est le plus bel exemple, Centrica lâche EDF. - -

EDF vient de perdre un partenaire de plus. L’électricien britannique Centrica jette l’éponge ce 4 février : le chantier des EPR au Royaume-Uni est devenu trop cher pour lui.

Nouveau revers pour EDF et son EPR. Son partenaire britannique Centrica se retire du programme de construction de centrales au Royaume Uni. Le motif est purement financier : les coûts n’ont fait qu’augmenter, les retards s’accumulent dans le calendrier.

Cette fois, Centrica préfère jeter l'éponge, car son retour sur investissement n'est pas totalement garanti. Le Britannique préfère ainsi encaisser les pertes maintenant, et lance un programme de rachat d'actions de 570 millions d'euros pour rendre une partie des sommes investies à ses actionnaires.

En 2009, le groupe avait acheté une option pour prendre une participation dans la construction de quatre nouveaux réacteurs EPR sur le sol britannique. Le programme portait alors sur un investissement de 2,5 milliards d'euros. Mais la facture n'a cessé de gonfler en quatre ans.

Les coûts de construction de l'EPR ont visiblement été sous-estimés : ils sont passés de trois à plus de six milliards d'euros. A ce prix-là, Centrica ne veut plus suivre. En revanche, cela pourrait intéresser les Chinois. D'ailleurs, EDF serait en discussion avec l'électricien CGNPC pour reprendre les parts de Centrica.

Sidonie Watrigant