BFM Business
Energie

Délestages: Enedis affirme que les patients sous respirateurs ne seront pas automatiquement exemptés

En raison d'une production historiquement basse du parc nucléaire, d'éventuelles coupures d'électricité pourront survenir cet hiver. Selon le porte-parole d'Enedis, les patients à haut risque vital ne seront pas "prioritaires", mais des solutions pourront être mises en place.

"Les personnes qui sont à haut risque vital ne font pas partie des clients prioritaires définis par les préfectures". Invité de BFMTV ce lundi soir, Laurent Méric, porte-parole d'Enedis a fait le point sur les personnes et les territoires désignés comme "prioritaires", en cas de délestages cet hiver.

D'après lui, les patients sous respirateur artificiel, sont "non-prioritaires" et "éventuellement délestables". Ces derniers ne seront pas pour autant laissés pour compte, assure Laurent Méric. Les patients concernés sont appelés à se signaler auprès des ARS (Agences régionales de santé), qui peuvent ensuite les désigner à Enedis.

Prévenues 48 heures avant les coupures

"On a une attention particulière à leur égard, ils ont un numéro de téléphone dédié", a détaillé le porte-parole d'Enedis. Deux jours avant d'éventuelles coupures d'électricité, ces patients à haut risque vital (PHRV), seront contactés par Enedis. "On va les appeler, on va leur envoyer un SMS, un mail, pour voir s'ils ont pris des précautions", a expliqué Laurent Méric.

Ces personnes seront ensuite "aidées" par Enedis et acheminées "dans un endroit qui ne sera pas délesté pour que la plus grande garantie leur soit apportée".

"Normal" de désigner des zones prioritaires

"On est tous sur un pied d'égalité" face aux coupures d'électricité, a par ailleurs estimé Laurent Méric. Interrogé sur une éventuelle disparité entre la France rurale et la France des grandes villes, il a estimé "normal" de définir des endroits prioritaires, qui seraient épargnés par ces coupures. "S'il y a évidemment plus d'hôpitaux dans les grandes villes, ce sont les zones qui seront prioritaires. On peut le comprendre, c'est légitime", a-t-il conclu.

Le gouvernement d'Élisabeth Borne a d'ores et déjà présenté une série de mesures pour faire face à d'éventuelles coupures d'électricité cet hiver, en raison d'une production historiquement basse du parc nucléaire. Les coupures de courant seront programmées et ciblées - deux heures consécutives maximum avec des délestages confirmés la veille - en cas de surcharge du réseau électrique.

Fanny Rocher