BFM Business

Climat : le réchauffement coûtera très cher aux USA

-

- - Walter Diaz / AFP

Le réchauffement climatique coûtera plusieurs centaines de milliards de dollars aux Etats-Unis d'ici à la fin du siècle. C'est la conclusion d'un rapport gouvernemental publié ce vendredi.

Un «canular» pour Donald Trump. Le Président américain ne cesse d'ironiser ces dernières années sur le réchauffement climatique, doutant de ses causes humaines et dénonçant régulièrement les conclusions des différentes études publiées sur le climat. Cette semaine encore, le président ironisait dans un tweet: « La vague de froid brutale et prolongée peut battre tous les records. Qu'est donc devenu le réchauffement climatique? ».

Pourtant le réchauffement climatique est bien réel, et même une grave menace pour l'économie américaine, selon un rapport gouvernemental publié ce vendredi. Et la note s'annonce salée: le réchauffement climatique pourrait coûter plusieurs centaines de milliards de dollars aux Etats-Unis d'ici à la fin du siècle. Il pourrait se traduire aussi bien par des problèmes de santé publique que par des baisses de production dans plusieurs secteurs tels que l'agriculture.

Ce rapport a été rédigé par plus de 300 scientifiques de 13 ministères et services publics tels que la Nasa. Les auteurs tirent la sonnette d'alarme: «Avec la croissance continue des émissions (de gaz à effet de serre) qui atteignent des niveaux historiques, les pertes annuelles dans certains secteurs économiques devraient atteindre des centaines de milliards de dollars d'ici la fin du siècle, soit davantage que le produit intérieur brut actuel de nombreux Etats américains».

Les entreprises seront durement touchées

Les scientifiques estiment que le réchauffement climatique affectera en premier lieu les plus démunis, et aura de graves conséquences sanitaires ainsi que pour les infrastructures. Il limiterait en outre les quantités d'eau disponibles, modifierait le tracé des côtes et augmenterait les coûts de production dans des secteurs tels que l'agriculture ou la production d'énergie. «Les conséquences du changement climatique au-delà de nos frontières vont affecter de plus en plus notre commerce et notre économie, notamment les prix à l'import et à l'export ainsi que les entreprises qui ont des investissements et des chaînes d'approvisionnement à l'étranger», ajoutent les auteurs de ce texte de plus de mille pages.

Ils affirment que les «risques liés au changement climatique dépendent principalement des décisions prises aujourd'hui». De quoi chambouler la vision climato-sceptique du président américain? Rien n'est mois sûr. Donald Trump avait dénoncé l'année dernière l'Accord de Paris sur le climat qu'il juge
contraire aux intérêts économiques des Etats-Unis. Le retrait américain sera effectif en novembre 2020.

"Ce rapport montre clairement que le changement climatique n'est pas un problème lointain. Il se produit actuellement dans toutes les régions du pays", a commenté Brenda Ekwurzel, directrice des recherches sur le climat à l'Union of Concerned Scientists, qui a participé à sa rédaction. L'ONU avait également alerté jeudi sur la situation actuelle. Les gaz à effet de serre, à l'origine du réchauffement climatique, ont franchi de nouveaux pics de concentration dans l'atmosphère en 2017. L'organisation appelle à agir d'urgence pour inverser la tendance.

Le sujet sera au coeur des discussions lors de la Cop 24 sur le climat qui se tiendra du 3 au 14 décembre en Pologne. La communauté internationale doit y finaliser l'accord de Paris pour atteindre l'objectif de limiter le réchauffement climatique à moins de 2°C, voire à 1,5°C par rapport au niveau de la révolution industrielle. L'accord incite les pays à revoir à la hausse leurs engagements, qui à ce stade conduisent le monde bien au-delà de 3°C.

Sandrine Serais