BFM Business
Energie

Agnès Pannier-Runacher: "Nous pourrions nous passer du gaz russe"

La ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, a assuré jeudi soir que la France pourrait se "passer du gaz russe".

La ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, a assuré jeudi soirsur BFM Business que la France pourrait se "passer du gaz russe".

"Dans l'absolu, et tel que nous bénéficions du gaz naturel liquéfié, nous pourrions nous passer du gaz russe", mais "cela suppose que tous les méthaniers arrivent à l'heure et que nous puissions remplir confortablement notre stockage stratégique, que ce qui passe aujourd'hui par l'Espagne fonctionne", a déclaré Agnès Pannier-Runacher, qui ajoute que cela repose aussi les livraisons qui arrivent de Norvège et d'Algérie.

En attendant l'hiver

Par ailleurs, l'utilisation du gaz "dépend tout simplement du temps qu'il fera l'hiver prochain", a ajouté la ministre, soulignant qu'un hiver très froid contraindrait la France à en consommer davantage. Il y a "beaucoup de points d'interrogation, ce qui fait que nous prenons le maximum de mesures tout de suite, en anticipation", pour éviter de prendre des mesures comme l'effacement, c'est-à-dire de demander à des entreprises d'utiliser moins de gaz.

La Première ministre, Elisabeth Borne, avait annoncé plus tôt dans la journée que la France allait remplir ses stockages de gaz à quasiment 100% d'ici le début de l'automne et qu'un nouveau terminal méthanier flottant serait construit pour être raccordé en 2023.

J. Br. avec AFP