BFM Business

Des reclassements proposés aux salariés d'EAK dans le Doubs

BFM Business

STRASBOURG - La direction d'EAK, un équipementier automobile de Valentigney (Doubs) qui doit fermer ses portes en 2011, a proposé vendredi des...

STRASBOURG (Reuters) - La direction d'EAK, un équipementier automobile de Valentigney (Doubs) qui doit fermer ses portes en 2011, a proposé vendredi des solutions de reclassement pour la majorité des 92 salariés, a-t-on appris de source syndicale.

Les discussions sur le plan de sauvegarde de l'emploi, qui devaient se terminer mardi dernier, ont repris à la demande des salariés qui avaient retenu trois cadres dirigeants pendant une trentaine d'heures pour obtenir une prime supra-légale de 30.000 euros.

Le fabricant d'airbags et de ceintures de sécurité, coentreprise entre le Français Faurecia, filiale de PSA, et le Suédois Autoliv, filiale d'Electrolux, a prévu de licencier 42 personnes en 2010 et les 50 restantes en 2011.

"Ils proposent des reclassements pour les 42, voire plus", a indiqué Reuters Nadia Zedmia, déléguée syndicale de FO.

De nouveaux emplois pourraient être immédiatement proposés à une partie des 50 salariés restants, quitte à recruter des intérimaires jusqu'à la fermeture du site pour occuper leur poste.

Des reclassements seraient notamment proposés chez PSA, principal client de l'usine et dans des usines du groupe Faurecia proches de Valentigney.

Les syndicats devaient encore demander des garanties quant à la nature des postes proposés avant de soumettre le projet d'accord aux salariés.

Gilbert Reilhac, édité par Gérard Bon