BFM Business
Défense

La France renforce et "assume" son soutien militaire à l'Ukraine avec l'envoi de 20 blindés Bastion

La France accélère les envois d'armement à l'Ukraine. Après l'annonce de 6 à 12 canons Caesar, Paris compte fournir à Kiev une vingtaine de véhicules blindés Bastion. Pour Elisabeth Borne, la France agit "en allié, fiable et crédible".

La France renforce son soutien militaire à l'Ukraine. Après l'annonce de 6 canons Caesar (Nexter) en plus des 18 déjà envoyés, Paris va fournir aussi à Kiev 20 véhicules blindés Bastion (Arquus), selon La Tribune. Le contrat est en cours de finalisation, rien n'a à ce jour été signé, nous a confirmé une source. Mais la livraison pourrait se faire dans les délais les plus brefs. Selon nos informations, Arquus dispose d'un stock suffisant pour répondre à des besoins urgents.

Le Bastion est un blindé de 12,5 tonnes construit à Limoges. Il a été développé exclusivement pour l'export. Ce véhicule de 10 places est surtout vendu en Afrique où les ventes totales atteignent environ 600 unités. Il existe en plusieurs versions. Celle qui sera envoyée en Ukraine sera l'APC, un modèle de combat équipé tourelle pour accueillir une mitrailleuse de calibre 12,7 mm.

Blindés Bastion sur le site de Saint-Nazaire d'Arquus
Blindés Bastion sur le site de Saint-Nazaire d'Arquus © Arquus

"Nous assumons!"

Cette montée en puissance de l'aide française à l'Ukraine intervient après la publication d'une étude pointant la faiblesse des envois d'armes par la France. Selon François Heisbourg, membre de l'International Institute for Strategic Studies, elle serait en 9e position avec 1,4%, une part faible par rapport aux États-Unis (49%), à la Pologne (22%) ou à l'Allemagne (9%).

Ces chiffres sont réfutés par les militaires français. Ils rappellent l'envoi de 18 Caesar avec des munitions, de canons tractés TRF1. de missiles Milan et Mistral, d'une soixantaine de VAB (véhicules avant blindés), de mines antichars HDP-2A2, des protections NRBC (nucléaire, radiologique, biologique et chimique) ou des lunettes de vision nocturnes.

Lundi, à l'Assemblée nationale, Elisabeth Borne, Première minsitre a donné plus de détails sur l'armement envoyé en Ukraine. "Nous agissons en allié, fiable et crédible", a affirmé la Première ministre.

"Nous avons multiplié les livraisons de matériels militaires à l’Ukraine. Nous l’assumons. Nous devons donner à l’Ukraine les moyens de se défendre face à l’invasion", déclare Elisabeth Borne en dévoilant aussi "la formation de soldats ukrainiens et des cessions de carburants actuellement en cours".

La Première ministre précise aussi que "dès les premiers jours du conflit", la France a renforcé son "dispositif sur le flanc Est de l’Otan, dans le cadre des missions de réassurance de l’Alliance".

La France n'est pas seule à soutenir la contre-offensive ukrainienne visant à reprendre les territoires annexés par la Russie. Lors d'une visite à Kiev, la ministre allemande de la défense, Christine Lambrecht, a annoncé l'envoi l'an prochain de 16 canons d'artillerie automobiles blindés Zuzana-2, de fabrication slovaque, pour un coût de 92 millions d'euros. Si la France a été pointée du doigt pour la faiblesse supposée de son aide, l'Allemagne l'a été pour avoir envoyé des vieux matériels reconditionnés.

Pascal Samama
https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco