BFM Business

Yearlings: les ventes ont dépassé les 40 millions d'euros

Les ventes de yearlings de Deauville se sont déroulées du 15 au 17 août.

Les ventes de yearlings de Deauville se sont déroulées du 15 au 17 août. - Charly Triballeau - AFP

La saison a été bonne à Deauville. Le chiffre d'affaires a progressé de 9,43% par rapport à l'année précédente.

Les prestigieuses ventes de yearlings de Deauville ont de quoi ravir les professionnels. Organisées de samedi à lundi, leur chiffre d'affaires a augmenté de 9,43% par rapport à 2014, selon les organisateurs. Il s'établit ainsi à 42,233 millions d'euros (enchères seules sans les amiables). A l'issue des ventes d'août 2014, le chiffre d'affaires avait augmenté de 14% hors amiables.

"Nous n'avons probablement jamais vu autant d'acheteurs étrangers en action ici", a dit Eric Hoyeau, le président d'Arqana l'agence qui organise ces ventes évoquant les Etats-Unis, l'Australie et l'Europe. Deauville se place au deuxième rang européen des ventes de yearlings derrière celles de Tattersalls, en Angleterre.

Le prix moyen de ces poulains de 18 mois s'est élevé à 163.062 euros en hausse de 10,28% par rapport à 2014 (contre +9,19% en 2014). Plus de 77,78% des 333 chevaux présentés ont été vendus (contre 80,5% en 2014). Côté vendeurs, le haras normand des Monceaux s'est à nouveau distingué en vendant 27 chevaux pour plus de 12 millions d'euros, dont trois à plus de un million. L'an passé, il en avait vendu neuf pour 4,5 millions d'euros. Juste derrière, le haras ornais des Capucines en a vendu 21 pour plus de 3,7 millions en tout pour ces ventes 2015.

Record à Deauville

Cette édition a été marquée par la vente d'un pur-sang au prix de 2,6 millions d'euros, un record historique pour Deauville. Le précédent record - 2 millions d'euros - datait de 2002. Ce poulain bai, né le 4 mars 2014, a été acquis par l'émir de Dubaï, Mohammed bin Rashid Al Maktoum, via un agent sur place. Son agent a acheté 11 chevaux pour 6,9 millions d'euros en tout. Ce cheval est l'un des fils de Dubawi (cinq victoires) et de Pacifique (trois victoires).

Deux autres pur-sang ont dépassé le million d'euros: un fils d'Invincible Spirit (sept victoires) a été adjugé 1,4 million d'euros au courtier français Bertrand Le Métayer. Un fils de Frankel, a été vendu pour 1,15 million d'euros à un client anonyme. Frankel est un crack anglais qui était resté invaincu en 14 courses.

Autre cheval très attendu, la sœur de Trêve qui a remporté deux fois le Qatar Prix de l'Arc de Triomphe, épreuve reine des courses de galop, n'a pas atteint les sommets espérés par son propriétaire. L'enchère a pourtant grimpé jusqu'à 1,2 million d'euros.

D. L. avec AFP