BFM Business

Vivendi possède la totalité de SFR

Jean-Bernard Lévy, le patron de Vivendi

Jean-Bernard Lévy, le patron de Vivendi - -

Le géant français des médias et des télécoms a racheté les 44 % détenus jusqu'ici par le britannique Vodafone. Montant de la facture : près de 8 milliards d'euros. Cette décision était attendue depuis un bon moment.

C'était l'arlésienne des télécoms. Le rachat de 100 % de SFR, Jean-Bernard Lévy, le patron de Vivendi, en avait fait une priorité. L'opération présente plusieurs avantages : d'un point de vue stratégique d'abord, le groupe va gagner en flexibilité : il va pouvoir prendre toutes les décisions qu'il souhaite sans craindre un blocage de son co-propriétaire. Comme le résume un analyste, Vivendi est désormais "maître chez lui".

Mais c'est surtout d'un point de vue financier que l'impact va se faire sentir : davantage de partage des revenus avec Vodafone va permettre à Vivendi de récupérer 600 millions d'euros de résultat net par an en 2012 et 2013. C'est en tous cas ce qu'estime le groupe, qui s'apprête aussi à relever son dividende : selon une note de Raymond James, la prime pourrait atteindre 25 centimes par action.

Dernier avantage, mais pas le moindre : le rachat de SFR va permettre de réduire ce qu'on appelle la décote de holding, une sorte de pénalité appliquée en bourse aux grands groupes comme Vivendi, à cause de leurs multiples participations.

Anthony Morel