BFM Business

Tourisme: un mois de juillet désastreux pour les restaurateurs

La fréquentation des restaurants baisse

La fréquentation des restaurants baisse - -

Les restaurants ont connu une "chute historique de l'activité en juillet", de 13,2%, selon les chiffres du syndicat nationale de la restauration thématique et commerciale publiés, ce lundi 5 août. Après un premier semestre difficile, les restaurateurs craignent pour le reste de l'année.

Alors que les hôtels affichaient une baisse record de la fréquentation en juillet, c'est au tour des restaurants de faire grise mine. Les sociétés du SNRTC, qui représente les principales entreprises de restauration commerciale et traiteurs, ont enregistré en juillet une baisse de fréquentation de 13,2% en moyenne par rapport à la même période de 2012, selon les chiffres du syndicat nationale de la restauration thématique et commerciale, publiés ce lundi 5 août.

"La situation n'a jamais été aussi catastrophique, nos entreprises accusent une diminution inédite de leur chiffre d'affaires et les résultats de ces quatre dernières semaines nous font craindre le pire, notamment pour l'emploi", s'alarme Michel Morin, président du SNRTC.

Une TVA qui augmente

Normalement, le mois de juillet est un "bon mois en terme de chiffre d'affaires" pour la restauration en raison notamment des soldes ou des départs en vacances, précise la SNRTC. Mais cette année, alors que la fréquentation diminuait déjà de 5% sur le premier semestre, la tendance à la baisse s'est encore accélérée en juillet, sous l'effet de la crise.

"Si rien n'est fait dans le contexte actuel (...), la perspective d'une TVA au taux de 10% au 1er janvier (...) ne fera que nous affaiblir davantage", explique Laurent Caraux, président d'honneur du syndicat.

Le dirigeant souligne que "dans un contexte de diminution du pouvoir d'achat, la répercussion sur les prix est difficile, voire impossible, les consommateurs régulant par eux-mêmes toute tentative de hausse", ce qui conduit "les entreprises de restauration tout droit vers l'asphyxie".

Alors que tous les indicateurs du secteur virent déjà au rouge et que le deuxième semestre "s'annonce désastreux", le SNRTC alerte donc "solennellement les pouvoirs publics sur les conséquences sociales en termes d'emplois et de pouvoir d'achat pour les milliers de salariés d'un des plus importants secteurs d'activité de France".

Diane Lacaze avec AFP