BFM Business

Quand Robert Hossein réclame son dû pour la série des Angélique

Robert Hossein a repris son rôle au Palais des sports en 1995 aux côtés de Cécile Bois

Robert Hossein a repris son rôle au Palais des sports en 1995 aux côtés de Cécile Bois - AFP Bertrand Guay

SÉRIE D'ÉTÉ: LES STARS DANS LE PRÉTOIRE. L'inoubliable interprète de Jeoffrey de Peyrac se plaint de ne rien toucher lorsque le film passe à la télévision, ou sort en DVD, contrairement à Michèle Mercier.

Les femmes ne sont pas toujours moins bien payées que les hommes au cinéma. Prenez par exemple la série à succès des Angélique, cinq films sortis dans les années 60, ayant réalisée 11 millions d'entrées en France, et multi-diffusés à la télévision.

Le rôle d'Angélique est tenue par Michèle Mercier, qui avait bien négocié son contrat: elle avait obtenu un pourcentage sur les recettes du film. Son mari à l'écran Jeoffrey de Peyrac est joué par Robert Hossein, mais ce dernier a moins bien négocié son contrat, qui n'inclut pas un tel intéressement. 

780.000 euros réclamés

En 2011, l'acteur se réveille et décide de réclamer son dû. Il retrouve le détenteur des droits de la série: Studio Canal, qui a racheté la série à UGC, qui l'avait lui-même racheté aux producteurs d'origine, Cinephonic et Francos Films (la société du producteur Francis Cosne). 

Sans surprise, la filiale de Canal Plus l'éconduit. L'acteur décide alors de les attaquer devant le tribunal de grande instance de Paris, réclamant 780.000 euros et l'interdiction d'exploiter les films sans son accord. Sur le fond, il accuse Studio Canal d'exploiter les films sans lui verser de rémunération.

Accord présumé

Mais les juges le déboutent: "Dès lors que M. Hossein reconnaît avoir été engagé dans la série, il était nécessairement lié au producteur de ces films par un contrat, lequel contrat n'était à cette époque pas obligatoirement conclu par écrit. M. Hossein est donc présumé avoir donné son autorisation à l'exploitation de son interprétation par le producteur d'origine, et donc ne peut alléguer un défaut d'autorisation".

Pour le tribunal, Robert Hossein n'a donc droit, comme tout comédien, qu'à la rémunération versée par l'Adami (société de gestion collective des artistes), et fixée par un barème adopté en 2012. 

Un nom en trop petits caractères

La star tente aussi un autre angle d'attaque: Studio Canal aurait porté atteinte à son "droit moral", car son nom apparaît en plus petit que celui de Michèle Mercier sur les DVD. Mais, là encore, les juges le renvoient dans ses buts: "même s'il est vrai que M. Hossein était un acteur célèbre en France dans les années 60, Mlle Mercier occupe le rôle principal. Le droit au respect de la qualité et de l'interprétation du comédien n'est donc pas bafoué". Mécontent, Robert Hossein (aujourd'hui âgé de 89 ans) fera appel, mais toujours en vain.

Contacté, Studio Canal n'a pas répondu. De son côté, André Schmidt, avocat de Robert Hossein, répond: "il est regrettable que les juges s'appuient sur la convention collective, qui est scandaleuse car elle n'octroie qu'un pourcentage ridicules aux rôles principaux. S'il y vingt comédiens dans le film, les droits sont partagés en vingt".

Retrouvez les autres épisodes de la série ici.

La série des Angélique

Angélique marquise des anges (1964)
Entrées en France: 2,96 millions

Merveilleuse Angélique (1965)
Entrées en France: 2,35 millions

Angélique et le roy (1966)
Entrées en France: 2,18 millions

Indomptable Angélique (1967)
Entrées en France: 1,91 million

Angélique et le sultan (1968)
Entrées en France: 1,78 million

Source: JP Box office

Jamal Henni et Simon Tenenbaum