BFM Business

Paris sportifs: ces chiffres qui font froid dans le dos

-

- - Le football représenterait 65% des paris sportifs mondiaux.

Le marché mondial des paris sportifs pourrait atteindre plusieurs milliers de milliards de dollars. Problème: près de 90% d’entre eux seraient illégaux, et le phénomène ne serait pas près de s’arrêter.

Il est temps de tirer la sonnette d’alarme. C’est le message qu’ont voulu faire passer les spécialistes des paris sportifs, mercredi en marge d'une conférence de l'ONU sur le crime à Doha.

Le marché mondial s'élèverait en effet à au moins 1.000 milliards de dollars, dont 90% de paris illégaux. Mais certains évoquent des chiffres "deux à trois fois supérieurs, et en hausse", particulièrement en Chine, "en train de devenir l'épicentre du problème", avec des montants pouvant atteindre un milliard d'euros pour un simple match de football.

Environ 65% des 3.000 milliards d'euros (environ 2.000 milliards d'euros) seraient ainsi investis dans le football. Le tennis et le cricket suivraient avec 12% chacun, selon Patrick Jay, un expert du secteur interrogé par l’AFP.

Un match de troisième division plus fort que Real Madrid-Barça

L'Asie est ainsi devenue le centre de ce marché, les paris illégaux concernant surtout les rencontres qui y sont diffusées en direct et jouées au bon moment pour susciter de nombreuses mises. "Le facteur clé de la demande dans le marché mondial du jeu est le fuseau horaire, parce que le marché, c'est l'Asie. Donc, si Gillingham contre Orient (deux clubs de troisième division anglaise, NDLR) est diffusé à la télévision un samedi soir à 19h en Asie, il va entraîner un chiffre d'affaires supérieur à Barcelone contre le Real Madrid, qui sera à 4h du matin", selon le spécialiste.

Les deux organisateurs de la conférence, l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et le Centre international pour la sécurité dans le sport (ICSS), basé à Doha, ont annoncé mercredi un nouveau partenariat visant à "renforcer les enquêtes et les poursuites concernant les matches truqués" et la manipulation des compétitions sportives. L'accord prévoit plusieurs mesures, dont un meilleur partage des données, la protection des dénonciateurs et la saisie des actifs des personnes impliquées dans des paris illégaux. Pour rappel, l'Agence mondiale antidopage (AMA) avait affirmé en 2014 qu'un quart du sport mondial était contrôlé par des organisations criminelles.

Y.D. avec AFP