BFM Business

Ligue des champions: des primes qui redonnent le sourire

Le PSG de Nasser Al-Khelaifi (à gauche) va recevoir au minimum 17 millions de la part de l'UEFA.

Le PSG de Nasser Al-Khelaifi (à gauche) va recevoir au minimum 17 millions de la part de l'UEFA. - -

La Ligue des champions de football s'avère être extrêmement lucrative pour les clubs de football européens. Le PSG, qui s'est imposé mardi 4 décembre contre Porto, est déjà assuré de recevoir 17,1 millions d'euros.

La Ligue des Champions, ses légendes, son hymne, et… ses primes. La prestigieuse compétition européenne de football, qui rassemble chaque année les meilleures équipes du continent, est aussi très lucrative. Cette année, les dotations pour les clubs participants ont même augmenté.

Pour la saison 2012-2013, chaque club accédant à la phase de groupes de la Ligue des champions (ils sont 32 au total) a reçu automatiquement 8,6 millions d’euros de la part de l'UEFA, qui organise l'évènement. Les primes sont ensuite réparties ainsi : un million d’euros pour une victoire, 500 000 euros pour un match nul.

Les deux premiers de chaque poule, eux, recevront 3,5 millions supplémentaires au titre de leur participation aux huitièmes de finale. Les quarts de finalistes empocheront encore 3,9 millions, les demi-finalistes 4,9 millions, et le finaliste 6,5 millions. Le vainqueur, lui, recevra la somme de 10,5 millions d’euros.

L'Europa League, le parent pauvre du football européen

Ce dernier, s’il gagne tous ses matchs (ce qui ne sera pas le cas cette année, toutes les équipes ayant perdu au moins un match), peut donc percevoir la coquette somme de 37,4 millions d’euros. Le Paris Saint-Germain, qui a affronté Porto mardi 4 décembre, est donc d’ores-et-déjà assuré de recevoir 17,1 millions d’euros. De quoi payer Zlatan Ibrahimovic une année de plus…

A titre de comparaison, l’autre compétition européenne, l’Europa League, est beaucoup moins bien dotée. Si le champion remporte tous ses matchs, il recevra au maximum 9,9 millions d’euros. Ce qui explique en grande partie le faible intérêt des clubs, qui, à l’image de l’OM cette année, préfèrent se concentrer sur le championnat de France… afin de s’assurer une place en Ligue des champions.

Yann Duvert