BFM Business

Lego refuse de se laisser dicter sa conduite par Greenpeace

L'association écologiste reproche à Lego d'adoucir l'image de Shell "un prédateur de l'Arctique".

L'association écologiste reproche à Lego d'adoucir l'image de Shell "un prédateur de l'Arctique". - -

Le patron du célèbre fabricant de jouet a opposé une fin de non-recevoir, mercredi 2 juillet, à Greenpeace. L'association écologiste pressait la marque de mettre fin à son partenariat avec la compagnie pétrolière Shell.

Greenpeace s'attaque à Lego qui contre-attaque. Cible d'une campagne mondiale lancée par l'association écologiste dénonçant un partenariat entre Shell et lui, le fabricant de jouet a répondu, mercredi 2 juillet, qu'il entend honorer son contrat avec la major pétrolière.

Face aux accusations de Greenpeace, pour qui les "forages dangereux" de Shell en font un "prédateur de l'Arctique", le patron de Lego ne se débine pas. "Nous encourageons Shell à assumer pleinement ses responsabilités, quelle que soit la région où le groupe mène ses activités", indique-t-il dans un communiqué. Mais, souligne le PDG Jørgen Vig Knudstorp, "nous sommes liés à Shell par un contrat à long terme passé en 2011 et que nous souhaitons l'honorer".

La marque des fameuses briques pour enfants s'estime instrumentalisée par l'association. Or, "les contrats de copromotion, à l'instar de celui passé avec Shell, constituent l'un des nombreux moyens de rendre les briques accessibles à davantage d'enfants", plaide-t-elle.

Exploiter l'amour des enfants

La veille, Greenpeace a lancé un appel planétaire, sur six continents, pour que Lego rompe sa collaboration commerciale avec Shell, un "partenaire de jeu dangereux".

La marque qui figure parmi les plus grands fabricants de jouet est main dans la main avec l'une des plus puissantes compagnies pétrolières depuis les années 60. C'est le logo de Shell qui a décoré pendant des décennies les garages Lego.

Le partenariat a été relancé récemment dans une vingtaine de pays où Shell propose dans ses stations-services des garages Lego à son effigie. Plus de 16 millions de boites de jeu ont été écoulées. L'équivalent pour Shell d'une campagne publicitaire d'une centaine de millions d'euros, selon les estimations de Greenpeace.

L'association estime que la compagnie pétrolière exploite l'amour que les enfants portent à leur jouet pour s'acheter une image, et exige que Lego mette un terme à ce partenariat. D'autant que le fabricant danois communique beaucoup sur ses engagements environnementaux, comme le recyclage de ses déchets ou l'utilisation de plastiques moins polluants.

Simon Tenenbaum et N.G.