BFM Business

Le patron de Vivendi va toucher 4 millions d'euros

Le nouveau patron a aussi droit à un 'golden parachute' allant jusqu'à 2,7 millions d'euros

Le nouveau patron a aussi droit à un 'golden parachute' allant jusqu'à 2,7 millions d'euros - Bernard Sidler Vivendi

Vivendi va verser à son nouveau président du directoire Arnaud de Puyfontaine un salaire de 2,2 millions d'euros, et lui octroyer des actions pour 1,7 million d'euros.

Jackpot pour Arnaud de Puyfontaine, le nouveau président du directoire de Vivendi. Le groupe a décidé de lui octroyer pas moins de 4 millions d'euros sous forme de salaire et d'actions.

Tout d'abord, son salaire fixe a été arrêté à 900.000 euros bruts par an. C'est plus que son prédécesseur Jean-François Dubos, dont le salaire fixe se situait selon les années entre 600.000 et 900.000 euros.

Bonus variable

En outre, Arnaud de Puyfontaine touchera un bonus variable en fonction des résultats et qui pourra aller jusqu'à 1,35 million d'euros. Bonne nouvelle: dès sa première année à Vivendi, ce plafond est presque atteint, et notre homme touchera 1,28 million d'euros en 2015 au titre de l'exercice 2014. 

Mais ce n'est pas tout. L'heureux élu s'est aussi vu attribuer 100.000 actions Vivendi, valorisées 1,7 million d'euros, et "destinées à compenser la perte occasionnée par la démission de ses fonctions antérieures". Toutefois, ces actions seront acquises dans un an, disponibles dans trois ans, et conditionnés à l'atteinte d'objectifs.

On passera rapidement sur une voiture de fonction sans chauffeur, un avantage valorisé à 50.973 euros...

Retraite chapeau

Enfin, et non des moindres, notre homme aura aussi droit à une retraite chapeau, pour laquelle une provision de 1,13 million d'euros a été passée l'an dernier.

Et si par malheur, il quittait son poste "à l'initiative de Vivendi", alors il aurait droit à un parachute doré d'un an et demi de salaire (bonus inclus), plafonné à 2,7 millions d'euros. Toutefois, il n'aura droit à ce golden parachute que s'il a atteint ses objectifs de résultats. 

Vincent Bolloré joue l'ascète

Vincent Bolloré, président du conseil de surveillance de Vivendi depuis mi-2014, a décidé de s'attribuer un salaire de 400.000 euros bruts par an, qui sera variable en fonction des résultats du groupe. Heureusement, cette condition de performance a été atteinte l'an dernier, ce qui va permettre à l'industriel breton de toucher d'emblée le maximum.

Toutefois, c'est moins que son prédécesseur Jean-René Fourtou, qui touchait un salaire fixe de 700.000 euros par an, sans conditions de performance.

Dieu merci, l'industriel breton ne vit pas uniquement de ce maigre salaire. En 2013, le groupe Bolloré lui a aussi versé 2,1 millions d'euros de rémunération brute, dont un salaire fixe de 1,5 million d'euros. 

Jamal Henni