BFM Business

JO de Sotchi, vitrine pour les entreprises françaises

Le symbole des Jeux Olympiques devant l'aéroport de Sotchi, Russie, la ville hôte de la compétition en 2014.

Le symbole des Jeux Olympiques devant l'aéroport de Sotchi, Russie, la ville hôte de la compétition en 2014. - -

Les Jeux Olympiques d'hiver commencent dans un mois jour pour jour, à Sotchi en Russie, le 7 février prochain. Côté sportif, on est dans les starting-blocks. Côté entreprises aussi, les Français sont fin prêts.

Le compte à rebours est lancé pour les Jeux Olympiques de Sotchi en Russie. Dans un mois, le 7 février, skieurs, patineurs, hockeyeurs se jetteront dans la compétition à pleine vitesse, dans cette station balnéaire russe, entre mer Noire et Oural.

Les athlètes ne sont pas les seuls à se préparer. En piste, des entreprises françaises, qui profitent de la vitrine mondiale d'une telle compétition internationale pour faire la démonstration de leur savoir-faire.

> Helite pour les gilets de protection

Le français Helite, spécialiste des gilets airbags, à l'origine pour protéger les motards et les cavaliers, a développé pour les JO des vêtements afin de "minimiser les lésions et les blessures pour les pratiquants de ski cross", indique Pierre-François Tissot, le fondateur d'Hélite.

"Cette discipline en plein boom, dans la veine du "ski bosse", dont le côté acrobatique plait de plus en plus et génère de l'audimat, entraine de sérieux risques". En 2010, la fédération du "ski cross" a contacté le fondateur d'Helite, qui reconnaît être un "savoyard skieur dans l'âme".

Le projet a été réalisé en collaboration avec le médecin de l'équipe de France, son entraîneur, et les équipes techniques d'Helite, afin de "recueillir le maximum de données avant de développer le système d'airbag et son algorithme".

"D'un point de vue sportif, on espère que ceux qu'on équipe ne vont pas tomber, admet Pierre-François Tissot. Mais du point de vue de l'économie de l'entreprise, on espère quelques chutes et donc quelques activations des airbags!"

> Atos pour le système informatique

3.000 personnes, quatre ans de préparation: le groupe Atos, partenaire historique des Jeux Olympiques, a déployé les grands moyens pour assurer la gestion de tout le système informatique de la compétition, de l'accréditation des journalistes au chronométrage des épreuves.

"On sait sept ans à l'avance à quelle heure, quelle minute, quelle seconde on doit démarrer. Que les stades soient prêts ou non, qu'il ait des problèmes techniques de quelque nature que ce soit, on doit assurer quoi qu'il arrive. On doit donc se préparer à toutes les éventualités, toutes les situations", explique Patrick Adiba, le vice-président exécutif d'Atos dans les Décodeurs de l'Eco.

Mais le jeu en vaut la chandelle pour la SSII présente sur tous les JO depuis ceux Barcelone en 1992. "C'est une fantastique vitrine, un accélérateur commercial qui nous permet de montrer à nos clients -banques, assurances, télécoms- comment, dans des situations extrêmes, nous sommes capables d'appliquer toutes les disciplines de l'informatique."

> La compagnie des Alpes pour la gestion de la station de ski

L'opérateur de stations de ski et de parcs de loisirs français a obtenu en 2010 la concession de la rutilante station de ski de Rosa Kuthor pour 25 ans. Pendant les JO, c'est là que se dérouleront les épreuves de ski alpin, de free style, et de snow board.

16 remontées, 77 kilomètres de pistes, un système de neige de culture… Là où, il a sept ans, ne se dressaient que des sapins de la forêt primaire du Caucase, la Compagnie des Alpes a fait sortir de terre un domaine skiable "de standard européen", explique Jean-Marc Farini, son directeur français, devenu manager général de la station.

La société voit bien au-delà de la compétition. Exploitant de Rosa Kuthor jusqu'en 2035, cette filiale de la Caisse des dépôts vise la nouvelle classe moyenne russe, et celle des anciens pays de l'URSS. Elle affirme avoir accueilli plus de 100.000 visiteurs à l'été 2013 dans la station, et en attend bien plus à la haute saison.

N.G.