BFM Business

Filippetti n'abandonne pas la taxe sur les appareils connectés

La ministre de la culture a promis que la baisse de la TVA sur les tickets de cinéma sera répercutée sur les tarifs proposés aux jeunes

La ministre de la culture a promis que la baisse de la TVA sur les tickets de cinéma sera répercutée sur les tarifs proposés aux jeunes - -

La ministre de la Culture a déclaré sur RMC et BFMTV qu'elle veut toujours imposer une taxe sur les smartphones et autres tablettes, probablement dans le budget 2015.

Le budget 2014 ne prévoit aucune nouvelle taxe sur les appareils connectés à internet (ordinateurs, smartphones, tablettes...): ni la contribution proposée par le rapport Lescure, ni une extension de la redevance audiovisuelle.

Mais Aurélie Filippetti ne lâche pas l'affaire. "On y travaille. Ce n'est pas pour le budget 2014, mais on verra pour le budget 2015. Cette taxe est juste, et n'augmentera pas le prix pour le consommateur", a assuré la ministre de la Culture,invitée de RMC et BFMTV lundi 30 septembre. Pour elle, le financement la culture par ceux qui la diffusent reste la base de "l'exception culturelle depuis 1945".

Cinéma: des tarifs réduits pour les jeunes

La ministre s'est félicitée de la baisse de la TVA de 7% à 5% sur les tickets de cinéma: "on veut que les gens continuent à aller au cinéma. C'est essentiel en période de crise. Cette baisse permettra aux exploitants de salles de proposer des offres tarifaires intéressantes pour les jeunes".

Consacrer les dimanches à la culture

Interrogée sur le travail dominical, la ministre a souhaité que le septième jour soit "réservé aux activités culturelles. C'est une très bonne chose que les bibliothèques, les librairies, les cinémas... soient ouverts le dimanche". Elle a plaidé pour "une démarche pragmatique et réaliste" sur le sujet, sans "posture idéologique".

Par ailleurs, Aurélie Filippetti s'est félicitée de la loi sur l'audiovisuel en cours d'examen. Redonner au CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel) les nominations des patrons de l'audiovisuel public "revient sur une grande injustice, une grande iniquité". Certes, le président du CSA continuera à être nommé par l'Elysée, mais "il ne peut être nommé par l'Assemblée ou le Sénat", a-t-elle expliqué.

Enfin, la ministre a refusé de s'exprimer sur l'échec de l'émission de Sophia Aram sur France 2: "j'ai vu que cela ne se passait pas très bien. Mais je ne suis pas programmatrice de France Télévisions...".

Jamal Henni