BFM Business

Eurovision: la crise en Ukraine joue les troubles fêtes

Marija Jaremtjuk, la candidate ukrainienne à l'Eurovision, fait partie des favoris du concours.

Marija Jaremtjuk, la candidate ukrainienne à l'Eurovision, fait partie des favoris du concours. - -

Comment compter les votes des Criméens, rattachés à la Russie mais usagers des réseaux téléphoniques d'Ukraine? C'est l'un des problèmes liés à cette crise géopolitique qui se pose aux organisateurs du célèbre concours.

C'est ce samedi 10 mai qu'est diffusée l'édition 2014 de l'Eurovision, le plus ancien des concours de chansons à la télévision. Un peu "has been" chez nous en France, il reste un évènement très populaire dans les pays d'Europe centrale et orientale.

Mais cette année, la crise en Ukraine s'invite dans les festivités. Le principal dilemme pour les organisateurs, c'est la Crimée. Comment en effet comptabiliser les votes des habitants de la région, rattachée au mois mars à la Russie contre l'avis de la communauté internationale?

Choix technique

Le comité d'organisation de l'Eurovision a pour l'instant considéré que la Crimée faisait encore partie de l'Ukraine. Ce n'est pas une prise de position politique, mais un choix technique: les habitants de Crimée utilisent encore le réseau téléphonique ukrainien, expliquent les organisateurs. Leurs votes compteront donc automatiquement pour l'Ukraine.

Combien la Russie attribuera-t-elle de points à l'Ukraine, et réciproquement ? Ces votes seront scrutés avec attention. Quoi qu'il en soit, les organisateurs de l'Eurovision s'attendent à une cérémonie mouvementée.

La candidate russe a déjà été sifflée, mercredi 7 mai, au moment des demi-finales. La représentante de l'Ukraine, elle, qui fait partie des favoris, pourrait profiter de cette tribune pour s'exprimer sur le sort de ses concitoyens.

Simon Tenenbaum