BFM Business

BD : le phénomène des mangas s’essouffle

En France, il se vend un exemplaire de Naruto toutes les 18 secondes.

En France, il se vend un exemplaire de Naruto toutes les 18 secondes. - -

Le rendez-vous incontournable des fans de BD ouvre ses portes ce jeudi 31 janvier. Le manga, l’un des phénomènes de l'édition depuis des années, sera à l'honneur. Pourtant ses ventes commentent à reculer.

A partir de ce jeudi 31 janvier, et durant 4 jours, Angoulême est le centre mondial de la Bande Dessinée. En 40 éditions, le festival a eu le temps de voir naître des succès. Par exemple, Naruto, un petit ninja blond qui rêve de devenir un grand guerrier, a depuis longtemps chassé Tintin dans le cœur des ados.

En France il se vend un exemplaire de ses aventures toutes les 18 secondes. C'est "la" superstar du manga. Mais c'est aussi l'arbre qui cache la forêt. L'an dernier, les ventes de bandes dessinées japonaises ont reculé de 4%.

Une offre insuffisamment renouvelée

Pourtant, les libraires croulent sous les nouveautés, avec 1 500 mangas sortis l'an dernier. Mais dans les faits, seule une poignée de titres se vend vraiment : Naruto, One Piece, Black Butler. Dix séries assurent à elles seules la moitié du chiffre d'affaires global.

Le problème vient du renouvellement de l'offre. Le marché japonais, où les éditeurs français font leurs emplettes, est désormais largement défriché. Tous les bestsellers ont été édités et les professionnels ont bien du mal à dénicher la nouvelle perle rare. Pour autant, l'histoire d'amour est loin d'être finie. Les Français restent les deuxièmes consommateurs mondiaux de mangas, derrière les Japonais.

Anthony Morel