BFM Business

Baisse des investissements publicitaires: le CSA tire la sonnette d'alarme

"C'est une onde de choc dont nous n'avons pas encore mesuré toutes les conséquences", estime le président du CSA, Roch-Olivier Maistre.

"C'est une onde de choc dont nous n'avons pas encore mesuré toutes les conséquences", estime le président du CSA, Roch-Olivier Maistre. - AFP

Le CSA a publié jeudi le premier opus d'un baromètre bimensuel de la consommation de télévision et internet afin d'évaluer les effets de la crise sanitaire sur le secteur audiovisuel. Si la consommation télévisée affiche une hausse inédite, les indicateurs publicitaires sont, eux, en berne.

Suivre "l'évolution de l'état du secteur pendant et à l'issue de cette période de confinement", en incluant notamment des données publicitaires. C'est là toute l'ambition de ce premier baromètre élaboré par le CSA.

Le premier opus note une hausse sans précédent de la consommation télévisée pendant le confinement, notamment des programmes d'informations. Il analyse une série d'indicateurs fournis par Médiamétrie. Les données internet s'appuient, elles, sur les chiffres de l'ACPM et concernent la fréquentation des sites, les applications des éditeurs de télévision et de radio qui font également état d'une forte hausse.

Ce volet cite également le "baromètre de la consommation des biens culturels dématérialisés en période de confinement" réalisé par la Hadopi, dont la dernière vague a été publiée jeudi.

Selon cette étude, la consommation en ligne des biens culturels est toujours en hausse avec 89% des internautes français qui consomment des biens culturels (contre 84% après deux semaines de confinement et 81% en 2019) tout comme le piratage : 28% des internautes français déclarent consommer un ou plusieurs biens culturels de manière illicite, contre 21% au début du confinement.

-62% d'investissements publicitaires en une semaine

Le baromètre du CSA se penche également sur les indicateurs publicitaires (avec des données issues de Kantar Media) qui font apparaître une forte baisse des investissements publicitaires : -62% du 6 au 12 avril par rapport à l'année d'avant.

La prochaine édition inclura des indicateurs sur la consommation de SVOD, indique le CSA.

"Je suis frappé, alors même que les audiences sont excellentes, par le séisme qui touche le secteur audiovisuel et dont les effets sont dévastateurs. C'est une onde de choc dont nous n'avons pas encore mesuré toutes les conséquences", a estimé le président du CSA Roch-Olivier Maistre dans un entretien à L'Opinion.

Il plaide pour un assouplissement du cadre réglementaire applicable à la publicité et souhaite que la trajectoire financière du service public soit confortée, en réexaminant les budgets 2021 et 2022 et en lançant la réforme de la redevance.

Il défend également la mise en place d'un "dispositif assurantiel pour les producteurs de l'audiovisuel et du cinéma", "porté par les assureurs et les pouvoirs publics, voire l'Union européenne".

JCH avec AFP