BFM Business

Manifestation d'agriculteurs: Vinci estime à 7 millions les dégâts sur les autoroutes

Les agriculteurs, le 7 février, sur le périphérique toulousain.

Les agriculteurs, le 7 février, sur le périphérique toulousain. - Eric Cabanis - AFP

Les récentes manifestations menées par des agriculteurs, pour protester contre l'accord commercial avec l'Amérique latine ou la redéfinition des zones défavorisées, ont été entachées de dégradations sur des axes autoroutiers.

Le groupe français de BTP et de concessions Vinci a estimé à 7 millions d'euros le montant des dégâts occasionnés sur l'ensemble de ses réseaux par les dernières manifestations des agriculteurs.

"On a évalué à 7 millions d'euros l'ensemble des dégâts", a indiqué mardi à l'AFP un porte-parole de Vinci Autoroutes, confirmant une information du journal régional La Dépêche. "Il y a eu des manifestations sur quasiment dix axes autoroutiers, donc ça a été considérable", notamment sur les autoroutes A10, A20, A61, A62 et A68, a-t-il ajouté. Au total, 14 départements ont été concernés.

Des incendies

Les infrastructures ont subi des dégradations, du fait notamment d'incendies. Sur l'A61 qui relie Toulouse à Narbonne, on a été obligé de refaire l'autoroute sur 1400 mètres carrés", a précisé le porte-parole.

Vinci Autoroutes a également dû gérer "plusieurs centaines de tonnes" de déchets. Déposés sur les voiries du réseau, ces déchets doivent partir dans des filières spécialisées.

Mercosur et zones défavorisées

A la mi-février, les agriculteurs ont manifesté pendant plusieurs jours pour exprimer leur inquiétude vis-à-vis des négociations commerciales menées avec les quatre pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay, Paraguay) et à la refonte de la carte des zones défavorisées qui risque de priver certains d'entre eux d'indemnités.

Des manifestations ont eu lieu dans toute la France. Particulièrement suivies dans l'ouest du pays, elles se sont traduites par de nombreux blocages routiers.

J.-C.C. avec AFP