BFM Business

Les agriculteurs mettent la pression sur le gouvernement

Les agriculteurs, le 7 février, sur le périphérique toulousain.

Les agriculteurs, le 7 février, sur le périphérique toulousain. - Eric Cabanis - AFP

À trois jours du Salon de l'agriculture, les agriculteurs ont organisé ce mercredi 21 février des manifestations dans toute la France. Ils veulent notamment être rassurés sur l'accord entre l'Union européenne et quatre pays du Mercosur.

La grogne des agriculteurs monte. Ils ont organisé, ce mercredi 21 février, des manifestations dans toute la France. Des mobilisations à l'initiative des syndicats FNSEA et Jeunes Agriculteurs.

Une journée nationale qui a lieu trois jours avant l'ouverture du Salon de l'agriculture. Et la veille de la rencontre, l'Élysée, entre Emmanuel Macron et 1.000 jeunes exploitants de moins de 35 ans.

Mercosur et carte des zones défavorisées

Ce qui inquiète les agriculteurs? Les négociations en cours entre l'Union européenne et les quatre pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay, Paraguay) et l'éventuel relèvement du contingent d'importation en France de viande bovine issus de ces pays.

Parallèlement, nombre d'agriculteurs sont préoccupés par la refonte de la carte des zones défavorisées qui risque de priver une partie d'entre eux de subventions européennes qui permettaient tout juste de maintenir leurs exploitations à flot. La révision de la carte des zones défavorisées va faire sortir 1.400 communes de ce dispositif qui donne droit à l’indemnité compensatoire de handicap naturel. Cette aide est fondamentale pour le maintien de l’activité agricole, et notamment de l’élevage, dans les zones à handicaps naturels et tout particulièrement dans les zones de montagne.

Les agriculteurs se mobilisent partout en France

Dans le Nord, un cortège d'environ 250 agriculteurs et éleveurs avec une trentaine de tracteurs a traversé Lille en début d'après-midi, depuis le Conseil régional jusqu'à la préfecture.

De nombreuses actions ont également touché le Grand-Est: à Bar-le-Duc (Meuse), "entre 80 et 90" agriculteurs dans "une vingtaine" de tracteurs ont déversé du fumier devant le bâtiment de la direction départementale des territoires avant de se diriger vers la préfecture, selon des sources syndicales.

Les agriculteurs étaient également mobilisés dans l'Ouest et le Sud-Ouest.

A Bordeaux, une cinquantaine de paysans ont manifesté près de la préfecture de la Gironde, avec quelques tracteurs et deux vaches, des Blondes d'Aquitaine. "Macron ,Trahison" ou "Mercosur, distorsion à coup sûr", pouvait-on lire sur de grandes bâches noires.

A Nantes, 65 tracteurs et 130 manifestants étaient dénombrés devant la préfecture de Loire-Atlantique, selon une source policière.

Les 31 janvier et 7 février derniers, les agriculteurs avaient déjà paralysé le périphérique toulousain avec leurs tracteurs, pour protester contre le redécoupage de ces zones. Ils avaient déversé des tonnes de fumier sur la chaussée, enflammant des bottes de paille et des pneus et abandonnant du lisier ou des plaques ondulées d'amiante.

D. L.