BFM Business

BPCE: le conseil de surveillance renouvelle son soutien à François Pérol

François Pérol est mis en examen pour prise illégale d'intérêt.

François Pérol est mis en examen pour prise illégale d'intérêt. - -

Le patron du groupe bancaire a été mis en examen, jeudi 6 février, pour prise illégale d'intérêts, pour sa nomination à la tête de BPCE en 2009. Mais le conseil de surveillance de la banque lui a renouvelé sa confiance ce 8 février.

François Pérol, le président du groupe bancaire issu de la fusion des Caisses d'épargne et des Banques populaires, a été mis en examen pour prise illégale d'intérêts, jeudi 6 février, à l'issue de son audition par la justice. Ce vendredi, le conseil de surveillance de BPCE a cependant renouvelé "son soutien" à son président, et ce à l'unanimité.

Les conditions de sa nomination à la tête de BPCE sont pourtant mises en causes pas les juges. Il avait obtenu ce poste en 2009 après avoir passé deux années à l'Elysée comme secrétaire général adjoint, sous Nicolas Sarkozy.

Pas de contrainte à la démission

L'enquête, lancée en 2010, a été déclenchée par l'association Anticor et les syndicats CGT et Sud qui dénonçaient une prise illégale d'intérêts. Ils estimaient que François Pérol avait participé à la création de BPCE lorsqu'il officiait à l'Elysée. Or, la loi interdit à un fonctionnaire de travailler pour une entreprise qu'il a conseillée sur ses opérations dans les trois ans précédant son passage du public au privé.

L'affaire avait une première fois été classée sans suite par le parquet de Paris, mais ce jugement a été cassé en Cour de cassation, et l'enquête avait repris.

François Pérol risque au maximum cinq ans d'emprisonnement et de 500.000 euros d'amende pour ces faits. Mais sa mise en examen ne le contraint en rien à démissionner. En interne, chez BPCE, on évoque "la jurisprudence Orange": Stéphane Richard, mis en examen dans l'affaire Tapie, est toujours à la tête du groupe.

N.G. avec agences