BFM Business

Blanchiment d'argent: La Banque postale durcit ses règles de dépôts d’espèces aux guichets

BFM Business
Pour lutter contre la fraude, la Banque postale vient de durcir ses modalités de versements de liquidités sur des comptes courants et livrets A.

Après s’être vue infligée une amende record de 50 millions d’euros fin 2018 pour des manquements dans son dispositif de lutte contre le financement du terrorisme, la Banque postale renforce sa vigilance. Selon Le Parisien, la filiale de La Poste a durci les modalités de versements en liquide effectués au guichet pour alimenter des comptes courants postaux ou des livrets A.

Objectif: lutter contre le blanchiment d’argent. Désormais, tout versement au guichet dont le montant est supérieur à 10.000 euros est interdit. Les dépôts de liquidités compris entre 1501 et 10.000 euros sur trente jours glissants doivent quant à eux faire l’objet d’un "justificatif de l’origine des fonds" (facture, lettre notariée, etc.). Quant aux versements cash inférieurs ou égaux à 1500 euros cumulés sur trente jours, ils devront être accompagnés d’une "déclaration de l’origine de fonds".

Obligation de s'informer sur l'origine des fonds

Et ce n’est pas tout. Les clients de la Banque postale ne pourront plus faire appel à un mandataire pour effectuer un versement supérieur à 1500 euros. Seul le titulaire du compte, ou son représentant légal, en aura la possibilité. Ce versement devra par ailleurs être obligatoirement réalisé dans le bureau de poste où est domicilié le compte du client.

"Ces nouveaux seuils nous permettent de mieux maîtriser les risques de fraude et de renforcer notre lutte", explique la Banque postale au Parisien. Le quotidien rappelle à ce titre que les banques sont tenues responsables par le Code monétaire et financier de s’informer sur la provenance des liquidités dès lors qu'un versement leur paraît suspect.

Paul Louis