BFM Business

Berkshire Hathaway a perdu près de 50 milliards de dollars au premier trimestre

Warren Buffett se dit persuadé que le miracle économique américain "prévaudra à nouveau" après la crise liée à la pandémie.

Warren Buffett se dit persuadé que le miracle économique américain "prévaudra à nouveau" après la crise liée à la pandémie. - Johannes EISELE - AFP

Warren Buffett s'est dit persuadé que le miracle économique américain "prévaudra à nouveau" après la crise liée au coronavirus, alors que sa holding Berkshire Hathaway affiche une perte nette de 50 milliards de dollars au 1er trimestre 2020.

"Nous avons fait face à de graves problèmes par le passé, même si nous n'avons jamais eu à faire face exactement à ce problème. Mais nous avons eu à faire face à des problèmes plus graves et le miracle américain, la magie américaine prévaudra encore une fois", a déclaré samedi le milliardaire de 89 ans, considéré comme l'un des investisseurs les plus avisés au monde, lors d'un long monologue sur l'histoire économique des Etats-Unis.

La perte nette gigantesque de 49,75 milliards de dollars (contre un bénéfice de presque 22 milliards un an plus tôt) est due dans sa totalité à la perte de la valeur de l'immense portefeuille d'actions diverses détenues par Berkshire Hathaway, reflétant la déroute des places boursières provoquée par la pandémie.

Quatrième fortune mondiale avec 72 milliards de dollars, selon le baromètre de Forbes de samedi, Warren Buffett préfère pour sa part mesurer la performance de sa holding protéiforme (outre des actions, elle possède également des activités "réelles" dans l'assurance, le transport et l'énergie par exemple) au résultat opérationnel, moins sujet à fluctuation. Ce dernier est ressorti avec un bénéfice de 5,9 milliards de dollars contre 5,55 milliards un an plus tôt.

Berkshire a vendu des actions des compagnies aériennes

Répondant à des questions de ses actionnaires pendant des heures, le milliardaire a aussi jeté un pavé dans la mare en révélant qu'à cause de la crise provoquée par la pandémie sur le transport aérien, Berkshire avait vendu en avril la totalité des quelque 10% détenus dans les quatre principales compagnies aériennes des Etats-Unis: American Airlines, Delta Air Lines, Southwest Airlines et United Airlines.

"Il s'avère que je me suis trompé", a reconnu Warren Buffett, entre le moment où la holding a acheté ses participations sur de nombreux mois et la revente, "le secteur du transport aérien a changé de manière très profonde" et ne pouvait donc plus remplir les critères de rentabilité fixés par l'entreprise.

Warren Buffett a souligné que les compagnies étaient bien gérées mais que l'incertitude sur l'avenir du transport aérien était trop grande pour que Berkshire reste investi. Cette révélation risque de peser sur des compagnies aériennes déjà poussées au bord du précipice par la pandémie de Covid-19.

Si une bonne partie des sociétés de la holding sont considérées comme essentielles et peuvent continuer à opérer, la direction de Berkshire Hathaway le concède: "Nous ne pouvons dire de façon fiable quand les activités dans nos nombreuses et diverses entreprises vont retourner à la normale".

Sandrine Serais avec AFP