BFM Business

Mais pourquoi les viticulteurs ne s'assurent-ils pas contre le gel?

Fin avril, le gel a fait des ravages dans de nombreuses régions viticoles. Les vignerons pouvant s'assurer contre ce risque climatique, l'État n'activera pas le régime des calamités agricoles. Sauf qu'en réalité, très peu de viticulteurs sont assurés. Explication.

À Bordeaux, le couperet vient de tomber. Le gel printanier a ravagé plus de la moitié du vignoble, selon une première évaluation de la Chambre d'agriculture de Gironde. Les deux nuits de gel qui ont détruit une bonne partie des bourgeons déjà bien développés de la vigne vont se traduire par une perte d'au moins 30% en volume sur la prochaine récolte. 

La Fédération des grands vins de Bordeaux (FGVB) parle déjà d'une baisse de chiffre d'affaires qui avoisinera le milliard d'euros. Une réunion de crise, avec tous les acteurs du secteur, est prévue ce vendredi 5 mai pour dresser un bilan plus précis des dégâts. La situation risque de n'être guère plus réjouissante dans le reste du vignoble français. De nombreuses régions viticoles comme la Champagne, la Bourgogne, le Val-de-Loire ou encore le Languedoc-Roussillon, ont aussi été touchées, fin avril, par cet épisode de gel particulièrement important.

Un froid d'autant plus dévastateur que les bourgeons avaient débourré de façon précoce cette année, avec deux à trois semaines d'avance. Ils ont donc subi de plein fouet cet aléa climatique. Et tout danger n'est pas encore écarté. Les plus anciens se fient encore au dicton populaire "Saints Pancrace, Servais et Boniface apportent souvent la glace". Cela signifie que les agriculteurs doivent attendre les 11, 12, et 13 mai avant de se sentir pleinement rassurés.

"Un coup de grâce"

"C'est un coup de grâce pour les petites propriétés", déplore Carine Delacroix, conseillère viticole chez URABLT-ADAC (Union Régionale Agricole de Branne-Libourne-Targon - Association de Développement Agricole et Rural). Dans les grands domaines, les viticulteurs ont utilisé toutes sortes de techniques pour protéger leur parcelle du froid ravageur mais ces méthodes -coûteuses - ne sont pas accessibles à tous. Pour la chaufferette par exemple, chaque bougie coûte 10 euros et il faut 400 bougies par hectare. Elles brûlent huit heures.

D'autres viticulteurs aspergent leurs vignes. La fine gangue de glace qui se forme sur les feuilles et les tiges les protège du gel, comme des igloos miniatures. Mais ce système nécessite de gros volumes d'eau et peut favoriser ruissellement et lessivage des sols. Certains misent sur les canons d'air chaud ou sur les hélicoptères qui brassent l'air pour 250 euros par hectare. Les éoliennes antigel, elles, coûtent 40.000 euros pièce.

Faute d'avoir eu recours à l'une de ces méthodes, les viticulteurs comptent sur une repousse fructifère. "Il peut toujours y avoir des contre-bourgeons, mais le temps que les grappes se développent... Dans tous les cas, la récolte de 2017 s'annonce particulièrement difficile", prévient Carine Delacroix. Et les viticulteurs ne pourront pas forcément compter sur les aides de l'État.

"Les pertes de récolte étant assurables, elles ne relèvent pas du régime des calamités agricoles mais ce dernier pourra être activé, le cas échéant, pour les pertes de fonds, si les dommages impactent la récolte 2018" a précisé le ministère de l'Agriculture. En clair, dans le secteur viticole, des indemnités ne devraient pouvoir être versées que si les ceps de vigne eux-mêmes ont été tués par le gel, nécessitant des plantations nouvelles.

15% de vignes assurées

Pour la vendange 2017, l'État invite donc les vignerons à faire jouer leur assurance. Problème: sur les 800.000 hectares de vigne recensés en France, seulement 15% sont assurés. Un taux très faible qui s'explique de plusieurs manières.

"Jusqu'en 2005, les viticulteurs, qui le souhaitaient, n'avaient à s'assurer que contre la grêle et la tempête. Les conséquences du gel, de la sécheresse et de l'excès d'eau étaient prises en charge par le fonds de calamité agricole, géré par l'État. Il y a douze ans, les pouvoirs publics ont demandé aux assureurs de créer des contrats intégrant ces trois risques. Jusqu'en 2011, les deux systèmes ont perduré. Puis les pouvoirs publics ont laissé les compagnies d'assurance gérer seules la prise en charge des dommages générés par le gel et les autres aléas climatiques", explique Stanislas de Baynast, directeur général de La Rurale, filiale spécialisée du groupe Allianz. Aujourd'hui, un viticulteur a donc le choix entre deux offres: un contrat qui assure contre la grêle et la tempête ou alors le package qui comprend les cinq aléas. Ce contrat multi-périls, dit contrat socle, est subventionné, ce qui signifie qu'il est régi par un décret et un cahier des charges.

"La dernière grande gelée date de 1991"

La première raison pour laquelle les viticulteurs ne s'assurent pas est le manque de sensibilité à cet aléa climatique. Philippe Abadie, directeur du service Entreprises de la Chambre d'Agriculture de Gironde, explique que "les sinistres climatiques sont par nature aléatoire. Si un viticulteur n'a pas été touché pendant quatre ou cinq ans par un sinistre, il réduit le montant de ses garanties ou résilie son contrat". Et il ajoute, "certaines zones sont beaucoup plus touchées que d'autres par les aléas, là-bas les viticulteurs pensent à s'assurer. Ce n'est pas le cas partout".

Même son de cloche pour Stanislas de Baynast: "Pour le gel, il y a des années où nous avons aucun sinistre pour cet aléa. D'autres il y a en a, mais pas de l'intensité que nous avons eue cette année". Carine Delacroix souligne ainsi que "dans la région de Bordeaux, la grêle, par exemple, est plus fréquente". Et de préciser: "Elle a fait des dégâts en 2013 alors que la dernière grande gelée date de 1991, celle d'avant de 1961".

La deuxième raison est, évidemment, le prix. "Les assurances coûtent très cher car il faut assurer toute la propriété et le prix de l'assurance est indexé sur celui du tonneau", nous explique Carine Delacroix. Et elle donne un exemple: "Une assurance multirisque climatique aidée à 60% environ coûte 400 euros l'hectare pour du Bordeaux générique. Comme cela dépend de la valeur de la production à assurer, c'est beaucoup plus cher pour les appellations prestigieuses, comme Saint-Emilion ou Pomerol. Le prix varie bien sûr beaucoup en fonction de ce qu'on a comme garanties".

Seuil de déclenchement trop élevé

Édouard Binet, Directeur Technique - Particuliers et Professionnels d’Allianz France, précise que plus le viticulteur voudra être bien assuré, plus cela lui coûtera cher. Philippe Abadie nous raconte que certains viticulteurs ont pensé à se regrouper pour bénéficier de tarifs avantageux, "mais c'est toujours trop cher".

Outre le prix, il y a le contrat d'assurance en lui-même qui ne convient pas forcément aux professionnels de la vigne. La FNSEA nous affirme qu'elle "travaille par exemple à une amélioration des assurances sur le seuil de déclenchement pour passer de 30% de perte à 20%". 

Autre problème, pour le gel, les assureurs n'ont pas les moyens de proposer des contrats spécifiques aux régions. "Pour la grêle, nous avons une cartographie au niveau national sur 50 ou 60 ans. Beaucoup dans le Sud-Ouest, peu en Bretagne. Nous pouvons déterminer les tarifs par rapport à une parcelle de vigne", analyse le directeur général de La Rurale. "Pour le gel c'est différent. Les conséquences du gel dépendent de la topographie des parcelles, des techniques culturales (vignes enherbées ou sol nu), de la précocité ou nous des bourgeons, …"

Inciter fortement 

L'une des dernières raisons est la contrainte administrative. "Les contrats multi-risques sont régis par décret et cahier des charges, rappelle Stanislas de Baynast de La Rurale. Pour en bénéficier, le viticulteur devra donc penser à calculer, mesurer, estimer ses hectares, ses parcelles, ses récoltes, ... Un réflexe qu'a le céréalier, habitué à recevoir des subventions". De plus, le viticulteur doit disposer d'une trésorerie suffisante pour faire la soudure puisqu'il ne sera remboursé d'une partie de sa cotisation que plusieurs mois après.

Reste la question de l'assurance obligatoire. Philippe Abadie n'est pas vraiment pour. "Il y aura toujours le problème du prix. Beaucoup de viticulteurs n'ont pas les moyens". Le directeur du service Entreprises de la Chambre d'Agriculture de Gironde préfère donc encourager fortement les viticulteurs à prendre une assurance. De plus, Philippe Abadie pointe les difficultés juridiques pour mettre un tel système en place. D'ailleurs Carine Delacroix remarque que "tout le monde en a parlé après l'épisode de grêle de 2013, on est en 2017 et elle n'existe toujours pas". Et elle rappelle que "certains viticulteurs, qui ont des sinistres à répétition, sont jetés par leur assureur".

https://twitter.com/DianeLacaze Diane Lacaze Journaliste BFM Éco