BFM Business

La BCE reste "prudente" sur le retour de la croissance

Mario Draghi sera encore une fois la source d'attention des marchés financiers, ce jeudi.

Mario Draghi sera encore une fois la source d'attention des marchés financiers, ce jeudi. - -

Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne, a indiqué, ce jeudi 5 septembre, que son institution a revu à la hausse sa prévision de croissance pour la zone euro pour 2013. La BCE n'a, par ailleurs, pas modifié ses taux.

Mario Draghi n'a pas totalement cédé à l'optimisme ce jeudi 5 septembre. Lors de la conférence mensuelle de la banque centrale européenne, le président de l'institution européenne n'a pas manqué de souligner l'amélioration de la conjoncture sur le Vieux Continent.

"Pour les prochains mois et pour 2014, la production devrait se redresser à un rythme modéré grâce à une reprise progressive de la demande intérieure, soutenue par notre politique monétaire accommodante, ainsi que par un raffermissement de la demande extérieure", a déclaré Mario Draghi. Il a également noté, lors de la séance de questions, un "début de reprise sur l'investissement des entreprises".

De plus, il a noté que "l'amélioration générale sur les marchés semble se faire ressentir dans l'économie réelle".

Un taux directeur inchangé

Mais Mario Draghi a bien insisté: ce retour de la croissance reste "très progressif" avec une perspective "atone". "Je suis très prudent sur cette reprise", a-t-il encore confié en répondant à un journaliste, "nous n'en sommes qu'aux balbutiements".

Cette prudence se retrouve dans les prévisions économiques de la Banque centrale européenne. Pour 2013, il a revu à la hausse son estimation de croissance, qui passe de -0,6% à -0,4%. Mais pour 2014, l'institution a procédé à une légère correction à la baisse, tablant sur 1% contre 1,1% lors de ses précédentes prévisions, en juin dernier.

Autrement la BCE a choisi de laisser son principal taux directeur inchangé, à 0,5%. Mario Draghi a toutefois rappelé que la politique monétaire de son institution restera accommodante, "pour apporter notre soutien à la reprise de l'activité".

En ce sens, il a confirmé le biais baissier que son institution avait communiqué en juillet. En clair, "dans un avenir proche" , la BCE ne peut que baisser ou maintenir ses taux, aucune hausse n'étant prévue à moyen terme.

Une inflation revue à la hausse

Concernant l'inflation, la BCE a revu à la hausse sa prévision à 1,5% pour cette année contre 1,4% auparavant. Elle n'a pas touché à sa prévision pour 2014 (+1,3%).

Enfin, Mario Drahi a indiqué que la BCE communiquera à la "mi-octobre" sur son programme d'évaluation de la qualité des actifs bancaires. Cette sorte de diagnostic de l'état de santé des banques européennes doit notammment lui permette de déterminer des mesures pour favoriser la transmission de sa politique monétaire, et faire redémarrer le crédit.

Le discours de Mario Draghi a apporté un léger facteur de soutien au marché, le CAC40 accélérant un tout petit peu son ascension (+0,34%, vers 15h10).

Julien Marion