BFM Business

Dexia se déleste de sa filiale luxembourgeoise

La cession de BIL va permettre à Dexia de réduire son bilan de 12 milliards d'euros

La cession de BIL va permettre à Dexia de réduire son bilan de 12 milliards d'euros - -

La banque franco-belge a finalisé la cession de BIL (Banque Internationale à Luxembourg) au fonds qatari Precision Capital, ce vendredi 5 octobre. Elle a, au passage, dû la recapitaliser à hauteur de 204 millions d’euros.

Dexia poursuit son démantèlement. La banque franco-belge a finalisé vendredi la cession de BIL (Banque Internationale à Luxembourg), sa filiale luxembourgeoise. Elle a été acquise par un fonds qatari, Precision Capital, pour 730 millions d’euros.

Cette filiale était l'un des gros morceaux qui lui restait à céder. Dexia avait rapidement trouvé un acheteur. Le fonds qatari s'est en effet positionné depuis des mois pour la reprendre, mais pas en l’état.

Dexia avait alors dû s'engager à la recapitaliser, ce qui est chose faite, via une augmentation de capital de 204 millions d’euros. Cette vente devrait ainsi se traduire par une perte de 199 millions d'euros pour Dexia.

12 milliards d'euros en moins au bilan de Dexia

Mais cette cession va permettre à la banque de sortir cette filiale de son bilan d'ici la fin de l'année, une filiale qui pèse pour 12 milliards d'euros.

C'est ainsi un pas important vers son démantèlement. D'autant plus que Dexia a également finalisé la semaine dernière la cession de Denizbank. Sa filiale turque a ainsi été rachetée par l'établissement russe Sberbank.

La banque est donc progressivement en train de se vider de tous ces actifs stratégiques. Il n'en restera bientôt plus qu'une bad bank, qui sera progressivement gérée en extinction.

Caroline Morisseau