BFM Business

Alibaba: le groupe chinois triple son bénéfice au troisième trimestre

-

- - aaron tam / AFP

Le géant chinois du commerce en ligne Alibaba a triplé son bénéfice net au troisième trimestre, et annonce des revenus en hausse, tirés notamment par le "cloud" et les livraisons de repas.

Les chiffres sont vertigineux: sur la période allant de juillet à septembre, le bénéfice net du géant chinois du web a bondi de 262% pour s'établir à 72,54 milliards de yuans, soit 9,24 milliards d'euros. Le chiffre d'affaires a quant à lui grimpé de 40%, à 119 milliards de yuans soit environ 15,15 milliards d'euros. Il s'agit de la première publication de résultats du groupe depuis le retrait en septembre de son charismatique patron Jack Ma, l'une des personnalités les plus riches de Chine.

Plusieurs explications à ces résultats: tout d'abord le succès des livraisons de repas. La plateforme Ele.me, a réalisé au troisième trimestre un chiffre d'affaires de 6,83 milliards de yuans, soit environ 869 millions d'euros, ce qui représente une hausse de 36% sur un an. Et pour cause, le secteur de la restauration à domicile connaît un développement fulgurant dans le pays. 

Mais c'est surtout sur son activité d'informatique en nuage, le "cloud", qu'Alibaba s'est distingué au trimestre précédent. Son chiffre d'affaires a bondi de 64% sur un an à 9,29 milliards de yuans, soit près 1,18 milliard d'euros, avec des dépenses moyennes en augmentation pour ses utilisateurs. Alibaba est devenu le troisième fournisseur mondial de services dans le "cloud" derrière les groupes américains Microsoft et Amazon.

Alibaba a acquis début septembre Kaola, la plateforme de e-commerce de NetEase, un géant chinois de l'internet. Montant de l'opération: environ 2 milliards de dollars, soit près d'1,81 milliard d'euros. Kaola domine en Chine la vente d'articles importés haut de gamme: vins bordelais, cosmétiques, produits de soins, ou encore linge de maison.

Alibaba espère ainsi conserver sa place de numéro un du commerce en ligne dans le pays, à l'heure où des rivaux comme JD.com et Pinduoduo grignotent des parts du marché chinois.

Sandrine Serais avec AFP