BFM Business

Air France: une intersyndicale veut "l'ouverture de discussions" sur l'avenir

4800865/b63ef91e04adc7e59ba5e27b7

4800865/b63ef91e04adc7e59ba5e27b7 - Eric Piermont AFP

Air France-KLM a annoncé vouloir réduire son offre sur les vols nationaux français d'ici à 2021.Les organisations syndicales craignent que "les seuls paramètres pris en compte soient financiers, sans tenir compte de la réalité du travail et sans aucune innovation".

Une intersyndicale d'Air France veut "l'ouverture de discussions" sur l'avenir de l'entreprise avec tous les syndicats, et demandent que "cessent" les négociations "entamées avec les seules organisations syndicales de pilotes" sur le réseau domestique, selon un communiqué diffusé mardi.

"Les organisations syndicales demandent avant toute chose l'ouverture de discussions sur les objectifs généraux devant présider à l'avenir d'Air France", écrivent FO, la CGT, le SNPNC, la CFTC, le SNGAF, Alter et Sud Aérien, à l'exclusion du SNPL.

Plusieurs fermetures de destinations

"De ce fait, les négociations entamées avec les seules organisations syndicales de pilotes portant sur l'avenir de notre réseau domestique doivent cesser dès maintenant", ajoute le communiqué. À défaut, l'intersyndicale utilisera "tous les moyens nécessaires".

Air France-KLM a annoncé fin mai vouloir réduire de 40% son offre sur les vols nationaux français d'ici à 2021, avec la fermeture de plusieurs destinations, suscitant l'inquiétude des syndicats.

Selon le gouvernement français, Air France doit réduire de 50% les émissions de CO2 sur ses vols domestiques d'ici 2024 et engager une réflexion sur son réseau en France, quand des alternatives ferroviaires de moins de 2 heures 30 existent.

L'intersyndicale craint que "les seuls paramètres pris en compte soient financiers, sans tenir compte de la réalité du travail et sans aucune innovation". "Les aides publiques allouées à Air France ne doivent pas servir de prétexte opportuniste à des suppressions d'emplois, tant chez le personnel sol, les hôtesses et stewards que les pilotes, à travers, entre autres, un transfert d'activité socialement moins-disant d'Air France vers Transavia", estiment ces organisations.

C.C. avec AFP