BFM Business

Y aura-t-il plus d'indépendants que de salariés en Europe dans 15 ans?

François Hurel était l'invité de BFM Business

François Hurel était l'invité de BFM Business - BFM Business

François Hurel, le président de l'union des auto-entrepreneurs, était l'invité de BFM Business ce mardi 19 janvier. Il a défendu une meilleure protection des travailleurs indépendants et évoqué leur avenir.

Le travail indépendant est-il la solution de demain? "J'en ai la conviction", affirme François Hurel, le président des auto-entrepreneurs, qui évidemment plaide un peu pour sa paroisse. Selon, lui, "1 million d'activité en plus" peut être générée grâce aux travailleurs indépendants. Mais pour cela, il faut lever un obstacle: celui de la requalification.

En effet, lorsqu'un entrepreneur indépendant n'a qu'une seule entreprise comme cliente, le contrat passé entre cette société et lui risque d'être requalifié en contrat salarié par le juge. Ce qui oblige alors l'entreprise à payer des charges. "Selon nos études, 60% des entreprises ne recourent pas au travail indépendant car elles ont peur de la requalification", explique François Hurel. La solution pour lui: protéger davantage les travailleurs indépendants.

Un choix de vie

"C'est un statut qui doit également être protégé. On ne peut pas avoir durablement des surprotégés (les Français en CDI, nldr) et des Français qui sont sous-protégés", insiste François Hurel. "Derrière la requalification, le juge cherche à protéger le faible. Et si les protections sociales sont équivalentes, la requalification n'aura plus d'intérêt", explique-t-il.

Au passage,François Hurel a indiqué "qu'aux États-Unis on estime que le nombre des travailleurs indépendants dépassera celui des salariés dans cinq ans. On pense que le même chiffre est prévisible dans quinze ans en Europe". Un argument de plus, selon le président de l'union des auto-entrepreneurs pour faire converger les systèmes de protection sociale. "Nous devons avoir un choix de vie: être un salarié, un travailleur indépendant, pouvoir alterner, sans qu'il y ait de fracture sociale".

J.M.