BFM Business

Vous n'avez pas de bureau, ces restaurants vous offrent leurs tables

Parmi les établissements accessibles à Paris, le Brébant, situé dans le 9ème arrondissement.

Parmi les établissements accessibles à Paris, le Brébant, situé dans le 9ème arrondissement. - Frenchwork

Entre deux services, les tables de nombreux restaurants sont vides. La start-up Frenchwork a décidé de les proposer aux travailleurs indépendants à la recherche d'un espace de travail pour 10 euros la demi-journée. Wifi et café sont compris.

Quand on est travailleur indépendant, on n'a pas toujours envie de bosser sur un coin de table chez soi. Ni la volonté de traverser toute la ville pour rejoindre un espace de coworking. Le concept développé par Frenchwork offre une alternative bien pratique. Cette start-up toulousaine transforme les restaurants en lieu d'accueil pour travailleurs indépendants.

"Entre deux services, les tables des restaurants sont vides. Nous proposons aux restaurateurs de valoriser en journée leur espace", explique Jérôme Introvigne, l'un des deux cofondateurs de Frenchwork. Le concept a été lancé en juillet dernier à Toulouse. Et étendu à Paris depuis une dizaine de jours.

La start-up effectue une sélection pointilleuse des restaurants qu'elle propose aux coworkers. Sur la centaine d'établissements visités dans la capitale, quatre ont été retenus pour le moment. "Nous voulons offrir des lieux inspirants, c'est-à-dire qu'il faut que ces restaurants aient une âme, une décoration originale et que le personnel soit chaleureux et souriant. Nous cherchons aussi à ce que le lieu soit vivant mais aussi suffisamment calme pour permettre de travailler", détaille Jérôme Introvigne. Chaque client dispose d'un espace confortable pour installer son ordinateur et étaler quelques dossiers. "En général, là où on installe 25 couverts pour manger, nous nous mettons 7 à 8 coworkers", ajoute le créateur toulousain. 

Un lieu aussi pour les déjeuner d'affaires

Naturellement, il y a une connexion Wifi sécurisée, une prise électrique pour chacun, le tout pour 10 euros la demi-journée (en général 8h30/12h30 et 14h30/18h30). Une boisson chaude est comprise dans le prix. "Nous reversons 5 euros (hors taxe) au restaurateur, ce qui lui permet au moins de rentrer dans ses frais sur le café inclus", ajoute le créateur de Frenchwork. Mais le restaurateur a plus à y gagner. Le coworker peut profiter des lieux pour organiser un rendez-vous d'affaires, ce qui donnera lieu à de nouvelles consommations, ou encore rester pour le déjeuner. Les prix des menus fait aussi partie des critères de sélection. Les plus accessibles offrent des plats à 15 euros.

Pour bénéficier du service, il faut réserver sur le site de Frencwork qui spécifie les créneaux horaires disponibles dans l'établissement de leur choix. Sur le site, on peut même voir qui est son voisin potentiel... une bonne occasion de développer son réseau.

Frenchwork compte enrichir la liste de ses établissement parisiens. De nombreux restaurateurs font d'ailleurs la démarche pour être référencés. La start-up va aussi lancer son activité à Nantes en décembre. Puis ce sera au tour d'autres grandes villes françaises (Bordeaux, Montpellier, Lyon...). Objectif à moyen terme: 20.000 restaurants référencés. L'idéal étant que chaque freelance aient à proximité de chez lui un lieu accueillant où travailler.

Coralie Cathelinais