BFM Business

Reniflement, cliquetis des claviers, conversation... Ces bruits qui ruinent votre concentration au bureau

24% des salariés se plaignent du bruit émis par les conversations de leurs voisins de bureau.

24% des salariés se plaignent du bruit émis par les conversations de leurs voisins de bureau. - Indowire- CC

Près de six salariés sur dix se disent perturbés par le bruit qui règne sur leur lieu de travail. Des reniflements, le cliquetis d'un clavier ou même des collègues en train de manger peuvent au final perturber leur concentration.

Si travailler en open space offre une certaine convivialité, ces grands espaces ont un revers: ils affichent un niveau sonore élevé qui nuit à la concentration. 56% des salariés travaillant dans ce contexte sont perturbés plusieurs fois par jour, selon une étude menée par Plantronics.

Ce sont les éclats de voix provenant de conversations téléphoniques qui constituent la première source de nuisance sonore avec 27% des sondés qui s'en plaignent. Puis viennent les échanges entre collègues (24%).

Ras-le-bol des collègues qui reniflent

Mais il y a aussi les petits bruits qui isolés, ne gênent pas, mais multipliés par autant de personnes qui partagent le même plateau, prennent des proportions telles que cela devient difficile à supporter. A l'exemple des alertes sur smartphones, qui sont une source de gêne pour 11% des salariés ou encore le bruit des claviers, dénoncés par 8% des sondés.

Les nerfs à vifs, certains salariés prennent en grippe les petits bruits émis par leurs voisins: 16% sont gênés par les reniflements et les quintes de toux de leurs voisins. 3% ne supportent les bruits de mastications de leurs collègues quand ils mangent.

Ces distractions sonores ont un impact direct sur la qualité de concentration et la productivité: il faut en effet 23 minutes après avoir été dérangé, pour retrouver le même niveau de concentration.

C.C.