BFM Business

Près de 7 Français sur dix pensent que leur métier aura changé en 2030

C'est dans le secteur de la distribution que les salariés s'attendent le plus à des changements avec le numérique.

C'est dans le secteur de la distribution que les salariés s'attendent le plus à des changements avec le numérique. - Philippe Huguen - AFP

La transformation numérique, bien peu de salariés pensent y échapper. Mais la majorité voient cela comme une opportunité, selon une étude pour le cabinet Julhiet Sterwen. Ils sont en effet 58% à y voir des opportunités pour leur carrière et 59% à déclarer que leur employeur les accompagne bien dans cette mutation.

Intelligence artificielle, robotisation, automatisation des tâches… le numérique prend de plus en plus de place dans le monde professionnel. Est-ce une source d'inquiétude pour les salariés qui pourraient voir leur profession évoluer? Pas vraiment, au vue d'une étude menée par l'institut Harris interactive pour le cabinet de conseil en stratégie Julhiet Sterwen. 70 % estiment que leur entreprise va en tirer parti et 58% pensent que cette transformation est une opportunité pour leur parcours professionnel.

Les 3/4 des salariés estiment que leur travail va changer d'ici 2030 avec le développement du numérique. Dans le détail, 41% pensent que leur métier existera toujours mais qu'il aura été légèrement modifié. Et 25% pensent qu'il existera toujours mais qu'il aura été lourdement modifié. C'est dans le secteur de la distribution que les salariés s'attendent le plus à des changements (80%), et dans les activités financières et d'assurance (75%). Du côté des catégories de salariés, les professions intermédiaires sont celles qui s'attendent le plus à voir leur métier évoluer (77%) suivi par les cadres (69%).

Il y a néanmoins 25% des salariés qui pensent que rien n'aura changé pour eux en 2030, une opinion surtout présente dans le secteur des télécoms (24%) et dans la catégorie des employés (29%).

A l'opposé, 8% pensent que leur poste n'existera plus en raison de la révolution numérique. C'est dans la finance et les assurances que l'on s'attend le plus à ce destin (14%) et dans l'industrie (12%). Les ouvriers (11%) et les employés (10%) sont ceux qui s'attendent le plus à subir ce sort.

La principale crainte liée au développement du numérique porte sur la destruction d'emploi. Seulement 14% des salariés pensent que ce phénomène va en générer plus qu'il n'en supprimera. 52% pensent que de manière globale, cela constitue une menace pour les salariés.

Un ouvrier sur deux ne se sent pas accompagné dans cette transformation

Pour éviter de se retrouver sur le carreau, les salariés doivent donc être préparés et formés pour suivre cette révolution technologique. Un rôle que semble remplir les entreprises : 59% des salariés ont le sentiment que leur employeur les accompagne correctement. Ce sont les TPE/PME et les ETI qui prennent le plus à cœur ce rôle, puisque 60% et 62% de leurs salariés estiment être bien préparés, contre 53% dans les grandes entreprises. Autre constat : plus le secteur semble impacté par le digital en termes d’automatisation des tâches, moins les équipes se sentent bien accompagnées.

Les salariés du secteur des télécoms sont plus nombreux à s’estimer bien accompagnés (74%) que ceux de l’industrie (56%) et de la banque assurance (52%). De même 70% des cadres s'estiment bien préparés alors que le taux n'est que de 51% chez les ouvriers.

-
- © -
C.C.