BFM Business

Petits conseils à l'intention de ceux qui enchaînent les entretiens de recrutement sans succès

A l'issue de chaque entretien, il est utile de noter ce que l'on estime avoir réussi ou pas.

A l'issue de chaque entretien, il est utile de noter ce que l'on estime avoir réussi ou pas. - firmBee- cc

Votre candidature retient l'attention des recruteurs: preuve en est, vous avez déjà été plusieurs fois dans la "short list". Mais à chaque fois c'est la déception, un autre candidat est retenu. C'est le moment de faire le point pour comprendre les raisons de ces refus et de revoir sa stratégie.

A chaque fois, vous y avez cru. Un responsable des ressources humaines ou un cabinet de recrutement vous avait appelé pour vous informer que votre candidature était retenue. Dans la foulée, deux ou trois entretiens ont eu lieu, autant d'étapes qui augmentaient vos espoirs d'être retenus. Malheureusement, la désillusion était à chaque fois au rendez-vous: c'était toujours un autre candidat qui l'emportait. Cela fait partie du jeu quand on recherche un emploi. "Mais si ce scénario se répète plus de trois fois, il est temps de se questionner", prévient Ana Fernandez, coach emploi et dirigeante d'Energycoaching. Il ne faut pas se dire que c'est un simple manque de feeling ou bien à cause d'une nervosité excessive qui a fait perdre tous ses moyens. Car dans ce cas, le candidat ne passe pas le cap du premier entretien.

Dans la dernière ligne droite, le rejet d'une candidature repose sur plusieurs causes. "Bien souvent, les candidats savent ce qui leur a manqué. J'ai par exemple accompagné une personne en rupture conventionnelle. Elle s'est très vite aperçu que, quand un recruteur prenait contact avec son dernier employeur, ce dernier ne répondait jamais aux sollicitations, ce qui faisait germer le doute dans l'esprit des recruteurs", relate Ana Fernandez. Cela peut aussi être le cas dans certains secteurs professionnels fermés, où le candidat peut alors être pénalisé par des échos négatifs sur son savoir être ou savoir-faire.

Solliciter un retour précis aux recruteurs

Pour en avoir le cœur net et adapter son discours, il est indispensable de demander un retour une fois le refus signifié. Beaucoup de recruteurs se contenteront de formules toutes faites dans le style "Le choix a été difficile, mais nous avons préféré un candidat qui avait plus d'expériences dans tel domaine" qui ne permettent pas de s'améliorer. Il faut alors relancer pour avoir plus de précisions. La formule "À titre personnel, pourriez-vous me dire quels sont les points où je devrais m'améliorer pour les entretiens suivant?" a toutes les chances de toucher la corde sensible du recruteur qui pourra alors avoir un échange plus franc.

En plus de travailler les points que les recruteurs auront pointé du doigt, il est aussi utile de faire un debrief à chaud de ses rendez-vous auprès de son entourage. Ce regard extérieur, par nature bienveillant, pourra, lui aussi, montrer les voies d'amélioration, notamment sur l'aspect du comportement. Attention en effet aux excès de confiance ou de fébrilité.

Faire la liste des points positifs et négatifs

"Je conseille à chaque sortie d'entretien de faire deux listes, une où l'on recense tous les points positifs, les arguments que l'on a mis en avant et qui ont semblé faire mouche. Et une autre sur les moments où l'on s'est senti moins performant ou que l'on a vu que le recruteur ne semblait pas adhérer à notre réponse", conseille la coach. Cette synthèse servira de mémo pour combler ses lacunes et être mieux préparé(e) pour les entretiens à venir. "Il faut avoir l'audace de faire un peu différemment et de voir comment cela passe auprès des recruteurs", ajoute-t-elle.

Dans cette optique, il faut savoir montrer que l'on sait s'adapter à l'entreprise et à ses codes. Il faut pour cela noter les mots clés utilisés par ses différents interlocuteurs lors de ses rendez-vous. "C'est souvent une personne des ressources humaines qui réalise le premier entretien, puis le dernier se fait souvent avec un opérationnel. Il faut profiter de chacune des étapes pour s'imprégner de la culture d'entreprise pour avoir le discours qui fera mouche auprès du manager. Ce qu'il veut savoir, c'est ce que la personne qu'il a face à lui peut apporter à son service dès qu'elle est embauchée", fait valoir Ana Fernandez.

Enfin, il ne faut pas oublier que les processus de recrutement sont de plus en plus long. Ce n'est pas parce que l'on vous convoque à un cinquième entretien que c'est gagné et qu'on peut déjà se projeter dans le poste. "En parallèle, il faut continuer ses recherches. Si finalement vous n'êtes pas pris, vous n'aurez pas perdu des semaines à attendre", met en garde Ana Fernandez. De plus, ces autres pistes vous aideront à dépasser plus vite la déception de ce refus.

Coralie Cathelinais