BFM Business

La religion est de plus en plus présente au travail

Le fait religieux est de plus en plus présent dans l'entreprise (image d'illustration)

Le fait religieux est de plus en plus présent dans l'entreprise (image d'illustration) - MENAHEM KAHANA / AFP

Selon une étude Randstad révélée par le Parisien ce jeudi 22 septembre, 65% des salariés ont été témoins de faits religieux au travail. Soit 15% de plus que l'an passé.

De plus en plus de salariés sont témoins de faits religieux au bureau. Et la tendance est en très nette hausse. C'est ce que révèle une étude réalisée par l'Institut Ranstad et publiée par le Parisien ce jeudi 22 septembre.

65% des salariés interrogés affirment ainsi avoir constaté une manifestation du fait religieux au travail. Un véritable bond puisque le chiffre n'était que de 50% en 2015 et 24% en 2014.

Le quotidien francilien considère que "la vague d'attentats qui a mis au coeur des débats la place des religions dans notre République explique en partie cette progression".

Des faits peu conflictuels

En premier lieu (21% des répondants), la manifestation du fait religieux se fait à travers le port de signes d'appartenance à une confession (croix, voile kippa, etc…). Suivent les demandes d'absence (18%) ou d'aménagement du temps de travail liées (14%) à un événement religieux.

La prière (8%), la stigmatisation d'une personne pour motif religieux (7%), le prosélytisme (6%), le refus d'exécuter une tâche (6%) ou de travailler sous l'autorité d'une femme (5%) ou un collègue (3%) sont beaucoup plus rares.

D'ailleurs, si la hiérarchie est de plus en plus sollicitée face à ces faits religieux (48% ont nécessité une intervention contre 38% en 2015), la grande majorité des cas ne perturbe pas le fonctionnement de l'entreprise. Seuls 9% de ces faits sont jugés comme étant conflictuels, un chiffre bas même s'il est en hausse de 3% par rapport à l'an passé.

Un guide pour les entreprises

"Au cas par cas, par la négociation et la discussion on arrive toujours à trouver une solution. Il faut savoir être pragmatique dans le respect de chacun. Il doit y avoir de la tolérance", assure au Parisien Jean-Lou Blachier, vice-président de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME).

Le gouvernement est bien conscient que la religion gagne de plus en plus le monde du travail. Dans ce contexte, la secrétaire d'État à la formation professionnelle Clotilde Valter a annoncé le 12 septembre dernier que le ministère du Travail allait préparer un guide du fait religieux en entreprise de sorte à "clarifier des notions-clefs telles que la laïcité, la neutralité, les libertés fondamentales". Une initiative saluée par Jean-Lou Blachier qui affirme que les entreprises "ont besoin d'être informées".

(*)Enquête réalisée en ligne entre avril et juin 2016 auprès de 1.405 salariés dont 61% exercent une responsabilité managériale.

J.M.