BFM Business

La journée de travail idéale n'est pas le 9h-18h

"La majorité des Français en a assez de la semaine standard. Nos concitoyens aimeraient travailler en décalé, selon un sondage Opinionway pour Monster. Et ils sont prêts à se lever aux aurores!"

Vous pensiez que la journée de travail idéale, c'était le 9 heures-18 heures? Pas du tout! Figurez-vous que 6 Français sur 10 veulent travailler en décalé, selon cet étonnant sondage Opinionway pour Monster, contre seulement 4 sur 10 qui veulent continuer les horaires classiques.

Pourtant, les journées standard constituent la norme pour la moitié des travailleurs français selon la Darès, à peu près 44%. Et pour parvenir à cette proportion, l'institut qui traite les statistiques pour le ministère du Travail inclut ceux qui travaillent dans les usines, les hôpitaux et les commissariats, où les permanences sont de rigueur. Dans les open space, quasiment tout le monde arrive entre 8 et 9 heures, et personne ne repart avant 17 ou 18 heures.

Se lever aux aurores? Pas de problème!

Plus étonnant encore: les Français sont 5 sur 10 à vouloir venir tôt au bureau, et donc repartir plus tôt. Ils sont prêts à se lever aux aurores pour profiter de la fin de journée. Et aussi pour ne plus faire le trajet collé au pot d’échappement de devant, ou le nez dans l’aisselle d’un inconnu.

Alors pourquoi continuer à tous arriver et partir du bureau aux mêmes heures? Côté transport justement, même la SNCF demande aux entreprises d’agir. La compagnie ferroviaire expliquait en 2013 n’avoir plus de moyens techniques pour désengorger ses trains aux heures de pointe. D’ailleurs, elle teste l’élargissement des horaires avec des grands groupes en Seine-Saint-Denis, ou avec des universités en région, et les retours sont probants.

Les horaires décalés, un coût pour l'entreprise

Alors certes, l’entreprise qui va élargir ses plages horaires devra prévoir des aménagements. Elle va devoir prolonger le temps de présence des vigiles et des standardistes, mettre des permanenciers au service informatique. Tout cela a un coût. D'autant que sa facture d’énergie va s’alourdir si les locaux restent éclairés plus longtemps.

Mais elle a aussi beaucoup à gagner: des salariés plus sereins, et surtout plus productifs! Parce que la majorité veut venir plus tôt le matin, justement le moment de la journée où l'on est le plus efficace. Notre pic de productivité se situe à 10h26 précisément, selon une étude de London Offices. Tandis que l’après-midi, à 14h56 (!), nous ne serions plus bons à rien pendant au moins une heure. Donc si on arrive à 6 heures, à 15 heures, on est parti!

Dernier avantage pour les entreprises: plus elles sont souples, et plus elles attirent et gardent les meilleurs talents.

Nina Godart