BFM Business

French Tech: Spendesk, spécialiste de la gestion des dépenses professionnelles, lève 35 millions d'euros

Ce troisième tour de table porte à 45M€ le montant total levé par l’entreprise. Avec un objectif : se développer à l'international.

Spendesk passe l'échelle supérieure. La startup française, spécialiste de la gestion des dépenses professionnelles, annonce une levée de 35 millions d'euros, auprès du fond d’investissement Index Venture. Ce troisième tour de table permet à l'entreprise de porter à 45 millions d'euros le montant total levé. L'ambition de Spendesk ? déployer sa solution à l’international avec notamment l’ouverture de nouveaux bureaux à Berlin et Londres.

L'entreprise en profite d'ailleurs pour embaucher 150 nouvelles personnes d'ici 2020, afin d'accompagner cette croissance. Spendesk a trois ans et triple son chiffre d'affaire chaque année. 

"Nous sommes fiers de révolutionner l'expérience des entreprises dans la gestion de leurs dépenses. Revolut et N26 ont bouleversé le secteur du B2C, mais les procédures d’achats dans le monde professionnel ont très peu évolué ! Il est temps de réinventer le paiement en entreprise !" se félicite Rodolphe Ardant, CEO et fondateur de Spendesk.

La startup propose une plateforme qui centralise et gère les dépenses de A à Z pour libérer des contraintes liées au paiement en entreprises : cartes de crédit physiques et virtuelles associées à des flux d'approbation, traitement automatisé des paiements... 

"Spendesk est la première plateforme de gestion des dépenses conçue à la fois pour les équipes financières et pour les employés", poursuit Rodolphe Ardant. "Grâce à une visibilité en temps réel et une traçabilité complète sur les dépenses engagées, les responsables financiers décentralisent l’accès aux moyens de paiements tout en gardant le contrôle. Responsabilisés et autonomes, les collaborateurs règlent leurs achats et soumettent leurs factures directement depuis leur ordinateur ou bien l’application mobile, qu’ils soient au bureau ou en déplacement."

Thomas LEROY