BFM Business

Entreprises: le hall d'entrée est mort

"Le grand accueil vide et terne qu'on trouve au rez-de-chaussée de tous les sièges sociaux, c'est désuet, selon Nextdoor, la filiale Entreprise de Bouygues Immobilier. Il faut remplir cet espace de vie. "

S'il y a bien un point commun entre tous les immeubles de toutes les entreprises de tous les pays, c'est le hall d’entrée. Il est souvent immense, complètement vide. À part quelques canapés, dédiés aux visiteurs. Le salarié, lui, ne descend que de temps en temps prendre un colis, et n'y traîne pas.

Cet espace perdu, les entreprises le croient bon pour leur image de marque. Or pour Nextdoor, la filiale entreprise de Bouygues Immobilier, elles ont tort. Aux yeux des clients, ce grand accueil terne fait désuet, et même caricatural.

Chez Red Bull, un bar dans l'entrée

À la place, il faut y mettre de la vie. Par exemple en y installant une petite cafetéria, avec des sièges confortables. Un endroit où les salariés pourraient se réunir. Pour travailler en groupe par exemple. Il y aurait des tables équipées de tout ce qu’il faut pour cela.

Chez Red Bull à Londres, l’accueil se transforme en bar le soir, et héberge les afterworks des salariés. Rien qui puisse choquer les visiteurs puisque l'image correspond à l’activité du groupe. Au lieu de nuire à sa réputation, pour les clients, cette installation renforce son identité.

Pour une entreprise qui ne vend pas de boissons énergisantes, une autre idée consiste à héberger une start-up dans le hall d’entrée. Les avantages sont nombreux: elle paie un loyer, les échanges entre salariés sont favorisés, avec le surplus de créativité qui en découle. Un peu comme dans un incubateur. Pour les clients qui passent, c’est vivant, c’est séduisant.

En finir avec le conformisme

Dans les étages, aussi, il faut en finir avec le conformisme. "Les open space pour poulets en batterie, le bureau vitré pour le manager, les patrons au sixième: c’est dépassé", indique le porte-parole de Nextdoor. Les entreprises peuvent conserver les open spaces, à condition que tout le monde y soit logé à la même enseigne, chefs d’équipe compris. Et que chacun s’installe où il veut. Ajoutez à cela: des cabines pour s’isoler, accessibles à tous, une bibliothèque, un jardin aménagé avec des tables et des chaises...

En plus de séduire les clients, l’enjeu est de donner plus de liberté au salarié. Du coup, il s’investit plus. Une étude Steelcase parue en mars démontrait ce lien: les employés les plus motivés déclarent majoritairement (à presque 90%) apprécier leur univers de travail. Justement parce qu’ils sont libres de choisir où s’installer en fonction de ce qu’ils ont à faire. Ils ont des mails à trier? Ils peuvent le faire en terrasse. Un rapport à rédiger? Ils s'isolent quelque part.

“C’est le bocal qui fait le poisson”, estime Nextdoor. D'où ce conseil: si vous avez de bons poissons, investissez dans un bon bocal.

Nina Godart