BFM Business

Comment se construire un mental de gagnant

Comme à un athlète de haut niveau, on demande désormais aux managers d'augmenter leurs performances, d'atteindre des objectifs de plus en plus hauts, de gérer une pression de plus en plus forte.

Comme à un athlète de haut niveau, on demande désormais aux managers d'augmenter leurs performances, d'atteindre des objectifs de plus en plus hauts, de gérer une pression de plus en plus forte. - Phgaillard2001 - Flickr - CC

Pour améliorer sans cesse leurs performances et arriver les premiers, les sportifs de haut niveau ont appris à développer leur mental. Des techniques qu'il est possible de reproduire dans le monde de l'entreprise.

Les exigences entre le monde du sport de haut niveau et celui de l'entreprise se rejoignent de plus en plus. Tout comme à un athlète de haut niveau, on demande désormais à n'importe quel manager d'augmenter ses performances, d'atteindre des objectifs de plus en plus élevés, de gérer une pression de plus en plus forte. Rien de tout cela n'est possible sans être doté d'un mental de gagnant. Et cela s'apprend, comme le prouvent les plans d'entraînement des sportifs professionnels qui ont depuis longtemps intégré cette dimension. Cette préparation mentale vise à développer leur capacité, à s'économiser au niveau énergétique, à améliorer leur estime de soi, leur capacité de concentration, accepter leurs erreurs ou encore prendre du recul face à certaines situations.

"Attention, tout ne relève pas du mental, il faut aussi prendre en compte les limites physiques et les compétences de l'individu", met en garde Nicolas Duguay, directeur associé de Booster Academy, et co-auteur du "Petit cahier d'exercices pour développer un mental de gagnant" (Editions Jouvence). Passé cet écueil, chacun est en mesure de se mettre dans une logique de préparation mentale, suivant la méthode PREFERA (plaisir, raisons d'être, échange, former, exigence, réussite, amour de soi)".

Utiliser l'imagerie mentale

L'un des premiers axes est d'acquérir les habilités motrices et cognitives nécessaires à l'exercice de son travail. Autrement dit, se préparer et s'entraîner à des actions que l'on doit faire quotidiennement (convaincre un client pour un commercial, procéder à une opération pour un chirurgien). Cela peut paraître étonnant, mais il n'est pas nécessaire de faire les gestes réellement. Il suffit de s'imaginer les faire pour progresser et les maîtriser.

De même, l'imagerie mentale est utilisée pour développer un autre pan du moral de gagnant, celui de la régulation des émotions. "Il faut se créer une banque de référentiel émotionnel, cela demande de l'entraînement pour être en mesure de l'exercer même sous forte pression", conseille Ingrid Petitjean, fondatrice de Co-Synergie et co-auteure du livre. Par exemple, si vos activités vous obligent à prendre la parole en public, il s'agit d'aller au-delà des techniques de maîtrise du discours. Le travail portera sur l'état émotionnel dans lequel on souhaite se trouver (être convaincant face à un parterre de clients, enjoué s'il s'agit d'un débrief face à son équipe…).

Renforcer la confiance en soi

De plus, on ne peut avoir un mental de gagnant sans avoir une grande confiance en soi. "C'est ce qui permet de se trouver dans un état de fluidité, de ne pas avoir l'impression de fournir un effort quand on est dans l'action", explique Ingrid Petitjean. Pour la cultiver, il faut se départir de croyances limitantes (je n'ai jamais de chance) par de nouvelles croyances positives (quoi qu'il arrive je trouve toujours une solution) en s'appuyant sur des expériences personnelles.

Le plus talentueux des sportifs ne pourrait endurer la lourdeur des plans d'entraînement, surmonter les échecs, s'il ne prenait pas du plaisir dans son activité. Et cela doit aller de même pour le monde du travail. C'est ce qui motive l'engagement dans le temps et la recherche de la performance d'un collaborateur. Une astuce pour y parvenir: ne pas hésiter à célébrer ses réussites, autrement dit prendre le temps d'être content de soi, voire de marquer le coup par un pot entre collègues.

Enfin, il va de soi que tout sportif de haut niveau a un mental de gagnant car il se sait au top de la forme. C'est valable aussi pour la réussite en entreprise. Si l'on dort mal, que l'on ne fait pas attention à son hygiène de vie, que l'on n'a aucune activité physique, cela entraîne un état de fatigue, des tensions physiques… Rien de cela n'est favorable à un moral d'acier. Pas de secret: prenez-vous en main.

Coralie Cathelinais