BFM Business

Comment savoir si vous êtes payé à votre juste valeur?

Il y a le montant que l'on estime mériter… et la réalité du marché du travail. Une étude vous permet d'aller voir votre actuel ou futur patron avec des arguments solides.

Difficile de connaître sa valeur quand on négocie une augmentation de salaire ou quand on change d'entreprise. Pour vous y aider, il existe aujourd'hui des tonnes de services en ligne, notamment sur les sites d'offres d'emploi, prêts à vous fournir une réponse clé en main. Il y a aussi combienjemérite.com, spécialisé dans les métiers du numérique, qui vous promet une réponse personnalisée en 48 heures. L'Apec a également son propre simulateur: 21 questions qui vous permettront d'arriver à un montant moyen.

Mais si ces outils vous indiquent que vous n'êtes pas payé à votre juste valeur, il sera difficile d'aller voir votre patron ou un recruteur avec le montant qu'ils vous auront indiqué.

En revanche, vous pourrez mettre sur la table des négociations un indicateur fiable de ce que gagnent vos collègues et les personnes qui travaillent dans votre secteur: c'est l'étude sur les rémunérations que réalise chaque année le cabinet Robert Waltersqui se base sur les salaires moyens proposés à 100.000 candidats recrutés en 2015 à travers 24 pays.

Des écarts de salaire importants dans la banque

Quelques exemples en 2015: un avocat avec 5 à 7 ans d'expérience, qui arrive dans un cabinet parisien en tant que collaborateur est dans une fourchette de 90.000 à 150.000 euros par an. Dans un cabinet américain, on peut prétendre à une fourchette entre 110.000 à 205.000 euros par an.

Dans la banque, les écarts sont importants. En 2015, on propose maximum 50.000 euros par an à un salarié qui a de 3 à 6 ans d'expérience dans l'analyse crédit, soit la fourchette basse pour un candidat dans le private equity, qui peut aller jusqu'à espérer 95.000 euros par an.

Certains secteurs connaissent un redémarrage en trombe. Dans l'assurance par exemple, le cabinet de recrutement remarque une hausse du volume d'offres d'emploi de 58% entre le troisième trimestre 2014 et le troisième trimestre 2015 avec une forte demande de commerciaux. De quoi négocier son salaire quand on est candidat, et même déjà en poste!

Laure Closier édité par C.C.