BFM Business

Une belle année s'annonce pour l'emploi cadre

-

- - Joel Saget- AFP

Les entreprises vont poursuivre la tendance observée en 2015, en cherchant à recruter encore davantage des cadres qualifiés. Certains profils, très courtisés, ont toutes les cartes en main pour négocier leur rémunération.

La tendance est à l'optimisme. En 2015, le marché de l'emploi cadre repartait, en douceur, avec une hausse de 4% des recrutements, selon les données du cabinet de recrutement Robert Walters. En 2016, la tendance devrait s'intensifier, notamment parce que les entreprises vont investir dans l'innovation et les programmes de transformation digitale. Pour accompagner ces projets, il faut des cadres qualifiés. "Quand on a la certitude que l'on va vers une phase de croissance, les recruteurs sont forcément plus ouverts", confirme Antoine Morgaut, CEO Europe et Amérique latine de Robert Walters.

Une pénurie sur certains profils

Désormais, il n'est plus rare que les 30/45 ans, les "experts" se voient proposer plusieurs offres leur permettant de faire des choix de carrière. Ces candidats au changement peuvent parvenir à une hausse de leur rémunération fixe de 10 à 15% par rapport à leur ancien poste.

Mais pour cela, il faut œuvrer dans les secteurs les plus demandeurs en forces vives, comme la banque, l'industrie, la finance-comptabilité, le digital … Certains secteurs, comme les assurances, sont particulièrement en recherche de jeunes talents pour renouveler leur personnel en fin de carrière. Et pour les attirer, les employeurs n'hésitent pas à leur donner des rémunérations plus élevées qu'aux anciens. 

Des augmentations même sans changer de boulot

Mais ce ne sont pas les seuls à avoir toutes les cartes en main pour négocier leur salaire. Dans le secteur des ressources humaines, c'est le cas pour les responsables de la diversité ou encore des spécialistes en charge de la marque employeur. Les ingénieurs spécialisés dans les objets connectés ou encore dans l'informatique embarquée auront eux aussi la main sur les négociations.

Les cadres estiment en grande majorité qu'il faut rester de 3 à 5 ans au même emploi avant de changer. Pour ceux qui ont décidé de rester cette année encore au même poste, 2016 s'annonce tout de même positive. Ils peuvent espérer un petit bonus, pouvant aller jusqu'à 2,5%. "Ce n'est pas si mal, parce que pendant longtemps on est resté bloqué à 0%", souligne Antoine Morgaut.

Coralie Cathelinais