BFM Business

Comment faire quand on partage l'open space avec son conjoint?

Au bureau, il faut se plier aux codes de l'entreprise... jusqu'à parfois vouvoyer son conjoint si c'est la règle.

Au bureau, il faut se plier aux codes de l'entreprise... jusqu'à parfois vouvoyer son conjoint si c'est la règle. - Pexels- CC

Que vous soyez un couple formé sur le lieu de travail ou bien que le déroulement de votre carrière en ait décidé ainsi, vous et votre moitié partagez le même bureau. Quelle attitude avoir devant celle ou celui que vous appelez si tendrement "ma biquette" dans l'intimité?

Tous les matins, quand vous vous rendez au travail, votre conjoint vous accompagne. Non pas par jalousie, mais parce qu'en plus de partager le même lit, vous partagez le même employeur. Si la situation a bien quelques avantages (vous avez un covoiturage tout trouvé), elle présente aussi quelques inconvénients. Il n'est pas facile de trouver la bonne attitude à adopter lorsque l'on s'adresse à sa moitié lors d'une réunion de service. Il faut rester sur ses gardes pour ne pas appeler votre conjoint "mon bichon".

"Il faut faire preuve de bon sens. On peut arriver ensemble au bureau, mais une fois la porte passée, on endosse son costume de professionnel", conseille Christine Toth, psychologue et psychothérapeute spécialisée dans le couple. L'identité du couple doit se diluer dans celle de l'entreprise, d'autant que certains employeurs ne voient pas forcément d'un bon œil ces relations.

Suivre les codes de l'entreprise

Il faut laisser de côté toutes les marques d'affection et parler à son conjoint de la même manière qu'à ses collègues. Aussi, si le vouvoiement est de mise au sein de l'entreprise, il faudra l'adopter.

"Il faut s'adapter aux codes de l'entreprise. Il faut mettre des limites dans chaque secteur de sa vie, cela permet au cerveau de savoir où il en est. Cela ne signifie en aucun cas que l'on se perd soi-même", précise Christine Toth. Si toutes les marques d'affection sont à oublier, celles marquant une tension ou un énervement liés à des soucis de couple le sont tout autant.

Quand vient l'heure du déjeuner, on peut être tenté de partager ce moment avec son ou sa conjointe(e). Mais une fois encore, il ne faut pas laisser son couple passer avant l'entreprise. Rien n'empêche de s'accorder de temps en temps un tête à tête. Mais si l'usage est d'aller déjeuner entre collègues, il faut régulièrement vous joindre au groupe pour ne pas vous exclure de l'équipe.

Quand sa moitié devient son chef

Enfin, à force de travail, l'un de vous vient de décrocher une promotion. Une bonne nouvelle! Mais ce qui l'est moins, c'est que l'un va devenir le chef de l'autre. Comment réagir?

"C'est surtout problématique si c'est l'homme qui va devenir le subordonné de sa femme, car il a un égo plus fort", constate Christine Toth. Là encore, la solution est de se fixer des limites entre l'univers professionnel et l'univers personnel. Ensuite, il faut se montrer patient. "Chacun doit accepter l'idée qu'il est nécessaire d'avoir un temps d'adaptation", confie la psychologue, qui n'a jamais vu un couple se séparer à cause de cette situation.

La discrétion est de mise pour les amourettes 

Et si le couple se forme au bureau? Une situation qui est loin d'être isolée, puisque selon une étude réalisée par Monster, 30% des couples se sont rencontrés dans le cadre professionnel.

Si l'on sent qu'il s'agit d'une amourette sans lendemain, la discrétion est de rigueur afin de préserver tout le monde. Mais si le couple a de l'avenir, la question va finir par se poser. "Il ne faut pas anticiper les questions qui n'arrivent pas. On n'officialise sa relation aux yeux de son chef que si l'on sent que les rumeurs se multiplient, que les questions à double sens deviennent trop nombreuses", conseille la psychologue. Ce qui sera l'occasion de rassurer le manager en lui affirmant que ce qui est du domaine privé le restera et que cette relation n'entachera en rien votre implication dans votre job.

Coralie Cathelinais