BFM Business

50% des Français estiment possible de travailler sans les outils digitaux

93% des cadres ne se verraient pas exercer leur métier sans l'aide des nouvelles technologies.

93% des cadres ne se verraient pas exercer leur métier sans l'aide des nouvelles technologies. - Unsplash - CC

Smartphone, tablette ou ordinateur portable font partie du quotidien de nombreux salariés. Près de 30% d'entre eux estiment que leur maîtrise est un argument de recrutement dans leur entreprise, selon un sondage réalisé pour Monster. Pourtant, 50% des sondés considèrent que l'on peut s'en passer.

À quand remonte la dernière fois que vous avez envoyé un fax? Ou mis au courrier une proposition de contrat? Sans doute bien longtemps, le mail étant devenu le mode de communication privilégié dans les entreprises. 99% des PME l'ont ainsi adopté.

Nombre de salariés sont désormais équipés de smartphones, tablettes et ordinateurs dans le cadre professionnel. Ainsi, 8 Français sur 10 estiment qu'il est indispensable de maîtriser les outils digitaux dans son environnement professionnel selon une étude réalisée par l'Institut OpinionWay pour Monster (1). Mais ils y apportent nombre de nuances. Près d'un tiers les jugent primordiaux, au point que c'est devenu un critère de recrutement dans leur entreprise.

Un sondé sur deux trouve que ces outils sont plutôt essentiels, mais qu'il est tout de même possible de travailler sans. Enfin, 15% des sondés déclarent que, même si ces outils sont importants, il n'est pas forcément nécessaire de se familiariser avec eux. Enfin, 6% déclarent que leur entreprise n'est pas du tout concernée par le digital.

Pour les cadres, le numérique est indispensable

Cette fracture autour du numérique n'est pas générationnelle. En effet, 80% des 40-49 ans et 75% des 50 ans et plus considèrent que le numérique est nécessaire dans leur activité. La cassure est plutôt d'ordre sectoriel: l'industrie, l’artisanat ou encore la santé s'avèrent plus en retard, selon le baromètre Russel Reynolds Associates.

Elle tient aussi au poste occupé: pour les cadres, le smartphone et les autres technologies sont essentiels pour leur activité: ils sont 93% à le déclarer. Chez les non-cadres, la proportion tombe à 75%.

Pourtant, ils ont beaucoup à y gagner. "Pour les candidats les plus réfractaires aux changements, il est nécessaire qu’ils se rendent compte que les outils digitaux se développent dans le but de faciliter leurs missions, fluidifier leur travail et l’échange d’informations", met en avant Karl Rigal, responsable éditorial du site Monster.fr.

(1) Étude réalisée auprès de 1.012 personnes constituant un échantillon représentatif du salariat français.

C.C.